La mission « Demo-2 » menée mercredi par SpaceX au centre spatial Kennedy de la Nasa (en Floride) vise à tester pour la première fois dans l’espace avec des passagers la capsule Crew Dragon développée par la société. © SpaceX / AFP (Archives)
Texte par : FRANCE 24
Publié le : 27/05/2020 – 11:55 Modifié le : 27/05/2020 – 11:55

La société spatiale américaine SpaceX va tenter mercredi de réaliser son premier vol habité à destination de la station spatiale internationale.

Une nouvelle ère spatiale s’ouvre. La société SpaceX envoie deux astronautes de la Nasa dans l’espace mercredi 26 mai. Une prouesse technique détenue par une poignée d’États, et dont les États-Unis eux-mêmes étaient privés depuis neuf ans.

Confiance

Space Exploration Technologies Corp., fondée en 2002 par un entrepreneur obsédé par Mars et déterminé à casser les règles du jeu de l’industrie aérospatiale, Elon Musk, a gagné pas à pas la confiance de la plus grande agence spatiale de la planète.

Elle était devenue en 2012 la première société privée à amarrer une capsule cargo à l’ISS, qu’elle ravitaille depuis régulièrement. Deux ans plus tard, la Nasa lui commandait la suite : y acheminer ses astronautes, dès « 2017 », en adaptant la capsule Dragon. « SpaceX n’en serait pas là sans la Nasa », a déclaré Elon Musk l’an dernier, après une répétition générale réussie, sans humain, du voyage vers l’ISS.

L’agence spatiale a payé plus de 3 milliards de dollars pour que SpaceX conçoive, construise, teste et opère sa capsule, réutilisable, pour six futurs allers-retours spatiaux. Le développement a connu des retards, des explosions, des problèmes de parachutes, mais SpaceX a battu le géant Boeing, également payé pour fabriquer une capsule (Starliner), toujours pas prête.

L’investissement, décidé pour le cargo sous la présidence Bush et pour les astronautes par Barack Obama, est jugé fructueux par rapport aux dizaines de milliards qu’ont coûté les systèmes précédents développés par la Nasa.

« Certains ont dit que c’était infaisable ou imprudent de travailler avec le secteur privé de cette façon. Je ne suis pas d’accord », déclarait Barack Obama en 2010, ici même. L’hostilité au Congrès et à la Nasa, face aux prétentions de la start-up, était alors immense.

Présence de Trump

Dix ans plus tard, c’est un autre président, Donald Trump, qui assistera au centre Kennedy à la consécration potentielle. Le républicain tente de réaffirmer la domination américaine de l’espace, militairement mais aussi en ayant ordonné un retour sur la Lune en 2024.

Si la Nasa pouvait confier « l’orbite basse » au privé, elle dégagerait des dollars pour ses missions plus lointaines.

« Nous imaginons un futur où l’orbite terrestre basse est entièrement privatisée, où la Nasa n’est qu’un client parmi d’autres », a annoncé Jim Bridenstine, l’administrateur de l’agence. Sinon, « nous n’irons jamais sur la Lune et sur Mars ».

Il a beaucoup plu ces derniers jours en Floride, et les prévisionnistes de Cap Canaveral estimaient mardi à 40 % le risque de temps défavorable mercredi. Au besoin, le vol sera reporté à samedi.

Un vol plus doux

Crew Dragon est une capsule comme Apollo, mais version XXIe siècle. Des écrans tactiles ont remplacé boutons et manettes. L’intérieur est dominé par le blanc, l’éclairage plus subtil.

Rien à voir avec les immenses navettes spatiales, immenses oiseaux ailés qui ont servi de 1981 à 2011.

« On s’attend à un vol plus doux, mais plus bruyant », a dit Bob Behken, qui comme son coéquipier, a voyagé deux fois dans les « shuttles ».

Contrairement aux navettes, dont une a explosé en 1986 après le décollage (Challenger), Dragon peut s’éjecter en urgence si la fusée a un problème.

Crew Dragon rattrapera jeudi la station, à 400 kilomètres d’altitude, et y restera amarrée sans doute jusqu’en août.

Si elle remplit sa mission et est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l’espace : depuis 2011, les Soyouz étaient les seuls taxis spatiaux disponibles. Les acheminements depuis la Floride redeviendront réguliers, avec quatre astronautes à bord.

Un Japonais sera du prochain voyage. Un Européen devrait prendre place dans le suivant, peut-être le Français Thomas Pesquet, qui s’entraîne en ce moment à Houston pour repartir dans l’ISS en 2021.

Avec AFP

Si le mauvais temps se dissipe, à 16h33 (20h33 GMT) sur le pas de lancement numéro 39A du centre spatial Kennedy d’où décollèrent Neil Armstrong et ses coéquipiers d’Apollo, une fusée SpaceX, avec à son sommet la nouvelle capsule Crew Dragon, décollera en direction de la Station spatiale internationale (ISS).

Bob Behnken et Doug Hurley, les deux hommes choisis par la Nasa pour cette mission de démonstration, sont en quarantaine depuis deux semaines. Malgré le confinement, le vol a été maintenu.