La lauréate du prix Nobel de la paix et militante yézidie Nadia Murad écoute lors d’un début symbolique des conférences « Femmes, paix et sécurité » à Berlin, Allemagne, le 7 mai 2021.

La Prix Nobel de la Paix 2018 Nadia Murad et le Royaume-Uni ont présenté mercredi à l’ONU un code de conduite mondial pour mieux lutter contre les violences sexuelles dans les conflits qui font des ravages de l’Afghanistan à l’Ukraine, en passant par les crises en Afrique.

Ce document, baptisé « code Murad », du nom de cette ancienne esclave sexuelle irakienne du groupe Etat islamique et figure mondialement connue des Yazidis, vise à contribuer à la recherche de justice pour les victimes survivantes, en facilitant la récupération des preuves.

Il doit permettre à ces victimes de témoigner de leurs expériences en toute sécurité et de minimiser leurs conséquences psychologiques et physiques.

« Les efforts pour mettre fin à la violence sexuelle prennent de l’ampleur, en grande partie grâce aux braves survivants du monde entier qui ont partagé leurs histoires », a noté Nadia Murad, présente mercredi à une réunion annuelle du Conseil de sécurité sur les violences sexuelles dans les conflits.

« Mais trop souvent, le signalement des violences sexuelles a des conséquences négatives pour les survivants. Le Code Murad énonce des directives claires et pratiques pour centrer les besoins des survivants lors de la collecte de preuves, et s’assurer qu’ils reçoivent justice et soutien, plutôt que des répercussions », a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué conjoint, la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a dénoncé « le nombre croissant de rapports faisant état de violences sexuelles par les forces russes » dans la guerre en Ukraine.

« Le lancement du Code Murad est une étape essentielle pour aider et soutenir les survivants et traduire les auteurs en justice pour leurs crimes », a-t-elle ajouté, alors que Londres prévoit d’organiser cette année une conférence internationale sur les violences sexuelles dans les conflits.