©Minusca
Des casques bleus de la Minusca patrouillent avec les FACA à Bakouma dans l’est de la RCA, 2019

mardi 18 février 2020 09:58 RADIO NDEKE LUKA

Les villes de Birao et de Ndélé ont été plutôt calmes dans la journée du lundi 17 février 2020. Ces localités du nord-est centrafricain ont été secouées la veille par des scènes de violences soldées par des morts et des blessés, particulièrement à Birao.

Menacée depuis le début de l’année par une déflagration de violence armée, Birao a finalement cédé aux bruits de bottes. Dimanche 16 février aux environs de 5 heures du matin, une horde d’hommes armés assimilés à des membres du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique, FPRC a lancé un assaut sur la ville de Birao. L’attaque surprise et la puissance de feu ont permis à ces hommes de progresser jusqu’aux alentours de la base de la Minusca et du site des déplacés, prenant le dessus sur leurs rivaux, les éléments du Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice, MLCJ. La riposte de la force conjointe Minusca-FACA a été automatique et a permis de repousser l’attaque. »Dans cette avancée, le FPRC s’est approché du camp des déplacés internes et de la base de la Minusca, nous sommes intervenus conformément à notre mandat de protection des civils, » a indiqué Vladimir Monteiro, Porte-parole de la mission onusienne en Centrafrique.

Les affrontements qui ont duré plus de 3 heures ont provoqué une panique généralisée dans toute la ville de Birao. Des centaines de personnes ont abandonné leurs habitations pour rejoindre les sites des déplacés. A l’heure où la rédaction de Ndeke Luka met sous presse cette information, aucun bilan n’est encore disponible, car même la Croix Rouge locale dit n’avoir pas les moyens de ramasser les corps qui jonchaient le sol dimanche après les combats. « Il y a eu plusieurs morts, près d’une trentaine et des blessés transportés à l’hôpital, » a fait savoir une autorité locale qui souhaite l’anonymat. Depuis dimanche après-midi, Birao est contrôlée par la force conjointe Minusca-FACA.

Birao fait des mécontents contre la Minusca à Ndele

Les événements de Birao ont très rapidement affecté la ville de Ndele dans la Préfecture de Bamingui Bangoran. Un groupe de personnes, plus de 200 selon des sources locales, ont manifesté le même dimanche devant la base locale de la Minusca. Certains, armés de gourdins et d’autres des objets létaux, ont proféré des menaces à l’endroit des fonctionnaires de la mission onusienne et de certaines ONG humanitaires. Les manifestants ont protesté contre la riposte de la force conjointe mettant en déroute les éléments du FPRC à Birao.

Cette nouvelle tension a plongé les habitants dans la psychose et a affecté le bon déroulement des activités dans la ville. Même si la tension est encore palpable à Birao et à Ndele, ces deux localités ont été plutôt calmes ce lundi 17 février.

Depuis la mi 2019, un conflit né entre le FPRC et le MLCJ à Am-Dafock (ville centrafricaine à la frontière avec le Soudan) a progressivement pris une tournure ethnique. Des ethnies proches de ces deux mouvements armés sont entrées dans la danse et se sont affrontées à plusieurs reprises à Birao, dans sa périphérie et en janvier 2020 à Bria. Ces deux groupes armés signataires de l’accord de paix du 6 février 2019 s’affrontent désormais le visage voilé au travers de ces ethnies.