©Désiré Kolingba
Désiré Zangha Kolingba, président du Rassemblement Démocratique centrafricaine (RDC)
lundi 11 novembre 2019 13:21 Radio NDEKE LUKA

Les militants du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) sont unis ce 9 novembre derrière Désiré Zangha Kolingba, président de cette formation politique. Ils veulent ainsi former un bloc contre les députés contestataires aux décision du président de ce parti. C’était lors de l’assemblée générale extraordinaire tenue à Bangui.

Dans un procès en solo où les exclus et radiés étaient aux abonnés absents, les représentants des fédérations de Bangui, Bimbo, Lobaye, France Europe et cadres ont décidé à l’unanimité la sentence contre les frondeurs. « Il ne doit pas avoir de demi-mesure. Le bureau politique doit aller jusqu’au bout de sa logique en radiant tous ceux qui ont vendu leur âme politique » s’exclame à la tribune dressée pour la circonstance un militant très remonté de ce parti.

Dans son exposé liminaire, Désiré Zangha Kolingba a beau prêché, l’unité, l’amour et la tolérance qui sont loin de contenir la base. Le président fédéral du 2ème arrondissement promet lui un vote sanction. « Monsieur le président, nous avons le cœur net suite à votre décision. Si vous ne le faites pas, c’est la base qui va le faire à votre place et cette fois vous devez écoper la même sanction. Mais je vous assure, le 2e arrondissement est déterminé et on verra où ils vont remporter les législatives face aux militants du RDC » a lâché ce militant sous l’effet de la colère.

Ce soutien est psychologiquement et politiquement de taille pour le bureau politique du RDC en attendant le prochain congrès. Est-ce suffisant pour altérer l’élan de la rébellion au sein de ce parti ?

Le président du RDC Désiré Zangha Kolingba ne cache pas son regret. Il réfute tout de même l’argument de sécheresse financière que traverse le parti pour justifier le départ. « Je suis un homme heureux, car il est toujours agréable d’être parmi les siens, en communion dans la fraternité, je ne peux que me réjouir » a indiqué Désiré Zangha Kolingba.

Au sujet de la fronde, le regret est sans appel. « Certes, il y a eu cette situation malheureuse que nous tentons de régler pour que le parti retrouve sa sérénité, je sais qu’il a eu un acte de désobéissance, cela ne peut être par des grands hommes que je respecte et qui sont des hauts cadres de ce pays. Nous avons besoin de tout le monde mais cela peut se faire de façon saine que celle là » a-t-il déploré.

La Fédération France Europe du RDC a dépêché un envoyé spécial pour la circonstance et promet sa contribution à la hauteur des enjeux de 2020 de quoi consoler les fédéraux et sous fédéraux inquiets du nerf de la guerre.

Les décisions du bureau politique de RDC

Le 6 novembre 2019, Désiré Nzanga Kolingba a pris deux décisions, la première pour radier du RDC Augustin To Sah Bé Nza et René Constant Ngbondo, députés et membres du Bureau politique du parti, et la seconde pour exclure temporairement jusqu’au prochain Congrès Annette Lamine, Anatole Ndémagouda-Gbago, Mathurin Massikini et Nathan Godénaha, tous députés du RDC.

Les premiers ont été virés pour haute trahison, désobéissance, indiscipline caractérisée et intelligence avec un parti politique concurrent. Désiré Nzanga Kolingba a reproché aux seconds la désobéissance, l’indiscipline caractérisée et le refus ouvert de se conformer aux consignes et directives du parti.

Le 29 octobre 2019, le président du RDC, Désiré Nzanga Kolingba a signé une décision dans laquelle il suspend tous les accords et appartenances. Les dits-accords et plateformes selon le document pourraient être renégociés. Par cette décision, le leader du RDC exige le retrait de son groupe parlementaire de l’intergroupe parlementaire de la majorité présidentielle à l’Assemblée Nationale.