©RNL/Fleury Koursany
Bertin Béa, secrétaire général du Parti KNK lors d’une conférence de presse à son domicile le 24 juillet 2018

jeudi 16 mai 2019 15:32 Radio NDEKE LUKA

Le secrétaire général du KNK Bertin Béa a dans un conférence de presse accusé le régime de Faustin Archange Touadera de mettre en branle la machine judiciaire contre les cadres de ce parti. Accusation réitérée ce 15 mai à Bangui.

Les accusations du KNK font suite à une convocation de la justice notifiée à Jean Francis Bozizé, ancien ministre délégué à la défense et fils du président déchu François Bozizé. Jean Francis Bozizé faut-il le rappeler est astreint à un contrôle judiciaire depuis son retour d’exil en 2017. La convocation de la justice intervient après une tournée politique du KNK à Carnot et Berbérati dans l’ouest de la RCA.

Pour le KNK c’est un harcèlement de trop  » Aujourd’hui le pouvoir de Bangui utilise la machine judiciaire contre l’ancien ministre Jean Francis Bozizé. Nous dénonçons cela et de même nous ne pouvons tolérer le fait que le régime actuel s’obstine à ne pas délivrer le passeport à l’ancien président Bozizé » a indiqué Bertin Béa.

A l’approche des élections, le KNK quoique membre de la majorité présidentielle, durcit sa position.  » C’est une aberration pour le mouvement Cœurs Unis d’exercer la pression sur les cadres de l’Etat d’entrer da ns cette formation politique. Nous avons fait la preuve de culture politique mais ne pouvons tolérer une telle attitude » a lâché Bertin Béa.

Pour lui, le pouvoir s’acharne contre Jean Francis alors qu’il fait la part belle aux groupes armés.  » Aujourd’hui, on s’acharne contre le ministre Jean Francis Bozizé alors que les groupes armés sont accueillis, promus et nommés » a déploré le secrétaire du KNK.

Abordant la santé politique de ce parti, le KNK annonce qu’il ne sera pas le soutiendrait qui que ce soit en 2020.  » Le KNK va investir un candidat, mais encore faut-il que le Conseil National se tienne » a indiqué Christian Guenebem secrétaire national aux relations extérieur du parti pour planter le décor politique des élections de fin 2020.

Le nuage politique entre Faustin Archange Touadera et son ancien parti le KNK devient de plus en sombre et le divorce politique serait imminent selon des sources proches du KNK.