©RS
La Ministre Sylvie Baïpo Témon lors de la réception du mémorandum des jeunes manifestants, le 17 février 2020 à Bangui

mercredi 19 février 2020 14:42  RADIO  NDEKE LUKA

Le gouvernement brise le silence et exige de la Minusca la mutation de quatre de ses fonctionnaires du pays. Position exprimée dans une correspondance adressée le 18 février 2020 par la Ministre des Affaires Etrangères, Sylvie Baïpo Témon au Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Centrafrique.

C’est une première depuis la signature de l’accord de siège en mai 2014 entre l’Etat centrafricain et l’ONU pour que la partie centrafricaine demande la mutation d’un fonctionnaire onusien.

La nouvelle va vite avec les accusations portées contre Zalko Bars Dimitroff, Torres Ray, Carlos José et Kéïta Mamady Rouge respectivement, Chef de bureau de coordination Minusca à Bangui, directeur des affaires politiques de la Minusca, responsable de la coordination du 3e arrondissement et le dernier, agent de la Minusca détaché dans le 3e arrondissement.

Dans la lettre, le gouvernement motive la position de l’Etat par l’incompatibilité des actions de ces personnes mises en cause avec la mission de l’Onu en Centrafrique.  » Les faits dénoncés sont jugés suffisamment graves par les autorités centrafricaines qui de ce fait, demandent le départ des personnes concernées du territoire centrafricain » indique le gouvernement centrafricain dans sa lettre à la Minusca.

Une date butoir est cependant à noter dans cette note administrative.  » Une mutation sous un délai d’une semaine est sollicitée, au risque de voir leurs immunités levées et de les voir être traduits devant la justice centrafricaine pour les faits qui leur sont reprochés » précise le document.

Le gouvernement par ce geste couronne l’action des jeunes qui ont manifesté le lundi 17 février à Bangui pour exiger le départ de ces fonctionnaires de l’ONU du territoire centrafricain.

En réaction, la Minusca a fait savoir ce mercredi 19 février au cours de sa conférence de presse hebdomadaire qu’elle se réserve pour le moment de tout commentaire sur ce dossier. « Nous avons été saisis et nous travaillons avec les autorités sur ces questions…Je ne ferai pas d’autres commentaires », a précisé Vladimir Montéiro, Porte-parole de la Minusca répondant à la question d’un journaliste.

Le lundi 17 février 2020, des centaines de jeunes, plus de 2000 selon le Mouvement des Patriotes Centrafricains pour la Paix ont manifesté Place des Nations Unies à Bangui pour exiger le départ de Zalko Bars Dimitroff, Torres Ray et Carlos José. Pour les manifestants, ces trois fonctionnaires de la Minusca ont été cités dans de nombreux incidents sécuritaires tant à Bangui que dans d’autres régions de la RCA.