©RNL / Erick Ngaba
Youssouf et Moussa Hamza, les deux jeunes accusés d’avoir jeté la grenade à l’origine des affrontements au Pk5, le 13 juillet 2019

dimanche 14 juillet 2019 13:42 Radio NDEKE UKA

Les deux frères Youssouf et Moussa Hamza, présentés comme les auteurs du jet de grenade ayant déclenché les affrontements de mercredi 10 juillet dans une partie du 3e arrondissement de Bangui, sont sous les verrous de la police centrafricaine depuis samedi 13 juillet.

Le transfert de ces deux jeunes d’une vingtaine d’année, s’est déroulé au rond point Abel Goumba sous haute surveillance, en présence des deux parties en conflit, commerçants et groupes armés. Il s’agit de deux frères, Youssouf et Moussa Hamza.

« Finalement, on n’a mis la main sur les bandits qui ont commis l’acte avec l’implication de certains éléments d’autodéfenses. On vient les remettre à la justice », a expliqué Hassan Seid, un commerçant du Pk5, fatigué des tirs d’arme. « Nous sommes des commerçants et déplorons d’être abandonnés à notre triste sort « , a-t-il regretté.

Déplorant que ni le Gouvernement ni la Minusca n’était pas intervenu au moment des violences, les groupes armés ont jugé utile de faire confiance à la justice. « Ces jeunes hommes sont à l’origine des troubles qui ont opposé commerçants et éléments d’autodéfense. Nous les remettons aux autorités judiciaires pour que justice soit rendue », a indiqué Mahamat Adraman alias LT, chef d’état-major des groupes d’autodéfenses de Pk5.

En déplorant cette situation, la police centrafricaine a reconnu avoir contribué à la médiation ayant conduit à la remise des deux présumés malfaiteurs. « Nous déplorons ce qui s’est passé au Pk5. La police centrafricaine surveille de très prêt la situation », a rassuré colonel Bienvenu Zokoué, Directeur Général de la police centrafricaine.

Selon l’officier de la police, des tractations ont permis de réconcilier les parties en conflit et de traduire les présumés auteurs devant la justice. « Suite aux différentes négociations menées par l’Archevêque de Bangui, les imams et certains notables, nous avons ramené le calme. Aussi, l’autorité judiciaire étant déjà saisie du dossier, le Procureur de la République et le Procureur Général nous ont instruits d’ouvrir une enquête », a fait savoir Bienvenu Zokoué.

Crise de confiance envers la Minusca, les leaders communautaires de Pk5 ont au moment de la remise, refusé à la Minusca qui voulait embarquer les présumés auteurs dans ses véhicules. Ils ont préféré la police centrafricaine pour le transfert des deux jeunes hommes.