©Radio Ndèkè Luka
Faustin Archange Touadéra, Chef de l’Etat centrafricain
vendredi 20 mars 2020 15:58 Radio NDEKE LUKA

Quelques heures avant l’annonce de deux nouveaux cas positifs de coronavirus sur le territoire centrafricain, le Président de la République Faustin Archange Touadéra a annoncé des mesures fortes de prévention. Des mesures qui viennent s’ajouter à celles qui existaient déjà. A partir du 20 mars, tous les bars dancings, lieux de spectacles et cinémas sont fermés, les manifestations publiques et rassemblements de deuil sont interdits.

Près d’une semaine après la confirmation du premier cas positif en Centrafrique, le Président Faustin Archange Touadera a brisé le silence ce jeudi 19 mars. Le Chef de l’Etat a dans un message de plus d’une demi-heure, insisté sur le danger que représente cette pandémie qui n’est pas une « fiction, c’est une réalité. »

« Cette pandémie ignore les frontières, les races et les statuts socioéconomiques. Aucun pays au monde, grand ou petit, riche ou pauvre, puissant ou faible, ne résiste à ce redoutable ennemi de l’humanité, du moins pour l’instant, » a déclaré Faustin Archange Touadera, exprimant la solidarité centrafricaine aux pays fortement touchés. Le cas de la République Centrafricaine inquiète fortement le dirigeant centrafricain qui a rappelé dans son adresse à la nation, la fragilité de l’Etat due aux crises militaro politiques et à la situation sécuritaire encore précaire dans le pays. Ajouter à la situation actuelle de Centrafrique, une épidémie du Covid-19 pourrait être dramatique pour le pays. Dès la confirmation du premier cas positif, des mesures fortes ont été édictées.  » J’ai instruit automatiquement le gouvernement à mettre en place des mesures qui requièrent pour contrer les risques de propagation de la pandémie » a fait savoir le Président de la République avant d’annoncer les mesures suivantes : « la restriction des visites dans les hôpitaux, le renforcement de l’hygiène publique, la suppression des salutations à la main, l’installation des dispositifs d’hygiène dans les lieux publics, l’application obligatoire de la mise en quarantaine des personnes présupposées atteintes de la pandémie sans distinction de position social, l’interdiction des voyages dans les pays touchés… »

En plus de ces mesures déjà rendues publique par le ministère de la santé, Faustin Archange Touadera s’est montré beaucoup plus ferme en annonçant d’autres restrictions. « Je vous annonce les mesures complémentaires suivantes: l’intensification de l’information, de l’éducation et la communication à travers la sensibilisation dans les écoles, les lieux de culte, les lieux professionnels, les formations sanitaires, les médias, le milieu sportif, les réseaux sociaux et les communautés, l’interdiction des rassemblements de masse, foires, kermesses, événements sportifs et deuils, la fermeture des boites de nuit, des bars dancings, des cinémas et des lieux de spectacles… » a énuméré le Président centrafricain conseillant à ses compatriotes se trouvant à l’étranger, principalement dans les pays touchés par une épidémie à transmission locale d’ajourner leurs déplacements en République Centrafricaine jusqu’à nouvel ordre.

Mais qu’en sera-t-il des rassemblements religieux ?

Même si le Président de la République n’annonce pas directement l’interdiction des manifestations religieuses, il prévoit néanmoins une grande réunion très prochainement avec les leaders religieux et responsables des établissements d’enseignement. « D’autres mesures plus contraignantes justifiées par les impératifs de santé publique pourraient être édictées par le gouvernement en fonction de l’évolution de la situation au niveau national. A cet égard, je recevrai dans les jours à venir les responsables des différentes confessions religieuses dans le but de déterminer les modalités pratiques d’organisation des services religieux, au cas où ces derniers devraient faire l’objet de restrictions. Il en sera de même pour les établissements d’enseignement » a déclaré M. Touadera.

Pour mieux coordonner les actions de lutte contre le Covid-19, le Président Touadera a également annoncé la mise en place d’un « comité de crise » qu’il pilotera lui-même. Ce comité à pour mission de « de statuer régulièrement sur l’évolution de la situation face à la pandémie ».

S’agissant des nouveaux cas détectés, le ministre de la santé a annoncé que les deux porteuses du virus sont âgées de 66 et 67 ans. Si « l’une était arrivée à Bangui le 4 mars 2020 à bord de Kenya Airways en provenance de Paris, l’autre par contre est rentrée sur Bangui le 5 mars à bord de Royal Air Maroc, selon le communiqué du ministère de la santé. Pour le moment, les dispositions sont prises pour la prise en charge des deux porteuses du virus et des actions sont déjà entreprises pour la recherche des contacts » a précisé le communiqué.

Ces deux nouveaux cas importés portent à trois (3) le nombre de porteurs de virus en Centrafrique. Le premier cas importé a été confirmé le 14 mars 2020 sur un prêtre italien âgé de 74 ans. L’homme encore hospitalisé dans le centre de prise en charge du Covid-19 se porte bien selon les autorités centrafricaines.