©Image d’illustration
Vue d’une partie du marché Km5
mercredi 6 mai 2020 12:51

La République centrafricaine qui, ces derniers jours, a connu l’augmentation du nombre de contaminations au Covid-19, en passant de moins d’une vingtaine à 94 cas, multiplie des initiatives pour barrer la route à la propagation de cette pandémie. Dans le 3ème arrondissement de Bangui, principalement au Pk5, certains habitants craignent le risque d’apparition de cette maladie dans le quartier en raison du non respect des gestes barrières.

Malgré la montée inquiétante du nombre de malades du nouveau coronavirus ces derniers jours à Bangui, le Km5 ne semble pas être concerné par cette crise sanitaire mondiale. Le poumon économique de la capitale centrafricaine tourne comme si de rien était. Les mesures barrières mises en place par les autorités du pays, ne sont pas observées dans l’ensemble. Devant des boutiques, restaurants et autres commerces de tout genre, on trouve rarement des seaux d’eau et du savon pour le lavage des mains.

Dans la foule immense dominée par des coups de klaxon, des bruits de moteurs et des musiques venant des lieux de vente, quelques passants mettent des masques de protection. Visiblement, une poignée de personnes observent les mesures barrières ordonnées par les autorités. Cependant, la majorité n’en tient pas compte. De nombreux habitants dénoncent l’attitude hostile de certaines personnes concernant l’observation des mesures barrières dans ce quartier.

« Au début, on installait des seaux d’eau et des gels hydro alcooliques. A un moment donné, des personnes armées nous ont demandé d’arrêter car ils n’ont plus besoin de ces objets. C’est ce qui explique la négligence de ces mesures de la part de la population » déplore un habitant du PK5.

L’alignement des vendeuses de légumes à l’intérieur du marché est bondé de monde, les risques de contamination sont trop élevés. A la tête de stationnement des taxis au rond point Koudoukou, certains dénoncent le comportement des chauffeurs qui ne respectent pas les consignes édictées en faisant des surcharges.

« Certains conducteurs veulent transporter plus de quatre personnes dans leur véhicule. A chaque fois, nous leur déconseillons cela. Pour éviter le coronavirus, nous sommes tenus de respecter les consignes des autorités » affirme un chargeur de taxis.

Cependant, malgré la négligence de certains habitants, d’autres personnes estiment que la fin du ramadan marquera également la fin de la pandémie de coronavirus en Centrafrique.

Au Km5, les écoles sont fermées, toutefois, les jeunes du secteur pratiquent le football dans la cour de ces établissements. Quelques buvettes sont opérationnelles en cachette. Certains habitants conscients du danger qui les guettent, appellent les autorités à ouvrir les yeux sur ce grand secteur du 3e arrondissement de Bangui.