L’accord pour remplacer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pourrait prendre plus de temps selon certains diplomates européens.
Eric Vidal / AFP
Par RFI Publié le 19-06-2019 Modifié le 19-06-2019 à 23:04

Le Conseil européen débute officiellement ce jeudi après-midi. Les Vingt-Huit doivent notamment se mettre d’accord sur les candidatures aux postes-clés de l’Union européenne. Donald Tusk, l’actuel président du Conseil, s’est dit optimiste, il espère que les Vingt-Huit parviendront à un accord dans la journée. La France affiche certes sa volonté d’avancer rapidement, mais aucune solution ne semblait en vue mercredi. Une fois la question-clé du successeur de Jean-Claude Juncker résolue le processus ira vite, mais Paris met un veto au candidat du PPE sur la présidence de la Commission, l’allemand Manfred Weber, qui n’a pas l’expérience nécessaire selon l’Élysée. Un casse-tête à quelques heures du Conseil.

Avec notre envoyée spéciale à Bruxelles, Juliette Gheerbrant

Manfred Weber serait-il devenu l’homme de la discorde franco-allemande ? Même si l’Élysée explique qu’il ne s’agit pas d’une question de personne ni de nationalité, même si Paris et Berlin n’ont pas le monopole des décisions, c’est bien le principal point de blocage. Et tant qu’une entente ne sera pas trouvée sur la présidence de la Commission, aucune pièce du puzzle européen ne se mettra en place.

Si la Chancelière Angela Merkel, qui l’a toujours soutenu, renonce à la candidature de Manfred Weber, alors il est peu probable qu’elle soutienne celle du français Michel Barnier, candidature officieuse, mais jugée « crédible » par l’Élysée.

Autre candidat qui aura du mal à trouver une majorité sans le soutien du PPE (centre-droit), qui lui est exclu, le Néerlandais Frans Timmermans, candidat officiel du groupe Socialistes et démocrates.

La danoise Margrethe Vestager aurait-elle plus de chances de faire consensus ? La Commissaire à la concurrence est membre du groupe centriste Renew Europe (RE).

Mais d’autres noms circulent, comme celui du Belge Charles Michel, celui de la Bulgare Kristalina Georgieva à la tête de la banque mondiale, ou celui de la présidente lituanienne en fin de mandat Dalia Grybauskaite.

L’objectif a minima du Conseil pour l’Élysée est de trouver quatre candidats consensuels pour les postes-clés de l’UE.