Le coronavirus, désormais appelé Covid-19 par l’OMS a été désigné «ennemi public numéro un», par le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, à Genève, le 11 février 2020. Fabrice COFFRINI / AFP
Texte par : RFI   Publié le : Modifié le : 

Partie de Chine, l’épidémie de coronavirus, désormais appelé « Covid-19 » par l’OMS, constitue une « très grave menace pour le reste du monde » et doit être considéré par la communauté internationale comme « l’ennemi public numéro un », a déclaré mardi son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus.

S’exprimant lors d’un séminaire réunissant plus de 400 chercheurs et représentants d’autorités sanitaires nationales à Genève, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé a appelé à un partage des échantillons du virus et à une accélération de la recherche de traitements et de vaccins.

Au total, l’OMS a activé un réseau de 15 laboratoires de référence et identifié 168 autres laboratoires dans le monde disposant de la technologie nécessaire pour dépister le Covid-19, en accentuant ses efforts sur les pays en développement.

« Beaucoup de journalistes me demandent ce qui me réveille la nuit. Et je réponds toujours : une pandémie. Parce qu’il y a des pays qui n’ont pas de système de santé assez fort. C’est notre maillon faible. Et ça peut tous nous affecter. Nous devons investir pour renforcer leurs systèmes de santé. Ma peur, c’est que si ce virus se propage dans ces pays, ce soit le chaos. Les épidémies peuvent provoquer des révoltes. Croyez-moi. Un virus est bien plus capable de créer des bouleversements politiques, économiques et sociaux que n’importe quelle attaque terroriste. Et si le monde ne veut pas se réveiller et considérer le coronavirus comme l’ennemi public numéro un, alors j’ai peur que nous ne retenions pas la leçon. Voilà ce qui me réveille la nuit. Et ça devrait tous nous réveiller. » Tedros Ghebreyesus: «Un virus est bien plus capable de créer des bouleversements politiques, économiques et sociaux que n’importe quelle attaque terroriste»

Le bilan humain a franchi mardi 11 février la barre des 1 000 morts en Chine, sur plus de 42 000 cas confirmés de contamination.

« Avec 99% des cas recensés en Chine, cela reste essentiellement une urgence pour ce pays mais qui représente une très grave menace pour le reste du monde », a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Nous espérons que l’un des résultats de cette réunion sera une feuille de route sur laquelle chercheurs et donateurs pourront s’aligner », a-t-il déclaré, tout en précisant qu’un vaccin pourrait être découvert d’ici 18 mois.