Des forces de sécurité déployées dans l’État de Kaduna au Nigeria. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI
Publié le : 02/03/2020 – 18:27

Au moins 50 personnes ont été tuées dans une attaque dans les villages de Kerawa, Zareyawa et Marina dans le district d’Igabi, dans l’État de Kaduna. Selon la police locale, des hommes armés ont tiré sur des habitants sans distinction, pillé et incendié des maisons.Les assaillants étaient une centaine et sont soupçonnés d’appartenir à un gang spécialisé dans le vol de bétail et les kidnappings.

Avec notre correspondant à Lagos,Moïse Gomis

Selon Zayyad Ibrahim, le député de Kaduna, les assaillants ont attaqué les villages au moment où les fidèles sortaient des mosquées après la prière, tirant au hasard sur la population. Un chef du village de Kerawa, Dayyabu Kerawa, a assuré que « 51 victimes » avaient été « enterrées » ce dimanche après l’attaque. Toujours selon lui, les hommes armés auraient justifié leur action en accusant les habitants des villages ciblés de fournir des informations sur leurs cachettes aux militaires.

Le porte-parole de la police de l’État de Kaduna, Mohammed Jalige, indique que des agents ont été envoyés sur la zone pour rassembler davantage d’informations. Le nombre des victimes est pour l’instant provisoire et pourrait donc s’alourdir.

Cette partie de l’État de Kaduna est devenue ces dernières années un repaire de bandits spécialisés dans le vol de bétail et les enlèvements contre rançon. Une situation qui a forcé des milliers d’habitants à fuir leurs foyers.

Le mois dernier, 21 personnes, dont 16 membres d’une famille, avaient été tuées lors d’une attaque similaire contre le village de Bakali, dans le district voisin de Giwa. Et les autorités nigérianes ont affirmé avoir tué 250 bandits lors d’une opération visant leurs cachettes dans les forêts de l’État de Kaduna.