Amandine Henry célèbre le but de la victoire avec ses coéquipières lors du match France-Brésil le 23 juin 2019.
REUTERS/Yves Herman

Par 

Tous les matches des huitièmes de finale sont désormais terminés et on connaît les affiches des quarts. Comme prévu la France retrouve sur soin chemin les favorites américaines pour un choc au sommet.

Jeudi 27 juin
Norvège-Angleterre, 21h au Havre

Les Anglaises se sont montrées convaincantes en ce début de compétition et elles retrouveront pour ces quarts les Norvégiennes déjà championnes du monde en 1995 et doubles championnes d’Europe en 1987 et 1993. L’affiche promet donc d’être alléchante d’autant que le match s’annonce très ouvert. Les Anglaises sont facilement venues à bout des Camerounaises 3 à 0 en huitièmes mais la qualification a été plus laborieuse pour les Norvégiennes qui l’ont emporté aux tirs au but face à l’Australie. Ces 30 minutes en plus dans les jambes feront peut-être la différence.

Vendredi 28 juin
France – États-Unis, 21h à Paris

Depuis le début de la compétition, la perspective d’un choc entre la France et les États-Unis en quart de finale était annoncée et parfois même redoutée. C’est désormais officiel, si les Bleues veulent devenir championne du monde à domicile, il faudra qu’elles se débarassent des Américaines lors de ces quarts de finale. La tâche s’annonce ardue car si les Françaises l’ont emporté 2-1 face au Brésil à l’issue de la prolongation, leur niveau de jeu n’a pas convaincu les observateurs. Les Américaines en revanche ont impressionné durant la phase de poule mais elles ont peiné à écarter de leur route les Espagnoles qu’elles ont battu laborieusement 2-1 au tour précédent. Amandine Henry et ses coéquipières doivent se dire que les Américaines sont peut-être plus « prenables » qu’elles n’en ont l’air.

Samedi 29 juin
Italie – Pays-Bas, 15h à Valenciennes

L’Italie est la grande surprise de cette coupe du monde 2019. On ne les attendait pas vraiment et elles ont validé leur ticket pour les quarts en s’imposant brillamment 2-0 face à la Chine. Les Néerlandaises s’étaient montrées séduisantes lors de leurs matches de poule mais elles ont eu beaucoup de mal à se défaire des Japonaises en huitièmes. Dominées toute la deuxième période, les Oranjes doivent leur salut à un penalty accordé à 90e minute de jeu leur permettant d’arracher la victoire 2-1. Les Italiennes pourraient donc continuer à faire parler d’elles.

Allemagne – Suède, 18h30 à Rennes

L’affiche a de quoi faire saliver car elle oppose deux nations historiques du football féminin. Deux fois championne du monde, les Allemandes connaissent bien les Suédoises qu’elles avaient rencontrées en finale de la compétition lors de leur titre remporté en 2003. Les deux équipes s’étaient aussi affrontées en 2015 également en quart de finale. La Mannschaft l’avait alors facilement emporté 4-1, les Suédoises voudront donc certainement prendre leur revanche même si elles se sont montrée moins convaincante que les Allemande en huitièmes en s’imposant par la plus petite des marge face au Canada quand les doubles championnes du monde disposaient facilement du Nigeria 3-0.