Steven François GANAYE, le Centrafricain de l’Australie vit depuis plusieurs années dans cette contrée lointaine, mais son cœur et son esprit restent attachés à sa terre natale, la République Centrafricaine. Comme bon nombre de ses compatriotes, il essaye d’aller régulièrement chez lui. Il y a investi, non pour son propre plaisir mais pour l’intérêt du plus grand nombre. Il est le Président Fondateur du Centre Médical Kingston-Diaspora situé au PK 13, route de BOALI.
Malgré tout ce qu’il a pu subir, en termes de pertes, dégâts, déceptions, frustrations, il y croit toujours, il espère toujours. Il parle toujours simplement avec son cœur, des mots clairs et vrais lorsqu’il donne son point de vue sur certaines questions brûlantes. C’est ce qu’il nous relate une fois de plus ici, au travers de cet entretien.

Bonjour M. François, alors comment vous portez-vous depuis notre dernière rencontre ?
Bonjour Mme Lydie NZENGOU KOUMAT-GUERET. J’aimerais tout d’abord vous dire FELICITATIONS pour tous vos efforts consentis pour la création de « Mbi la gue » et ensuite je voudrais bien vous remercier pour l’occasion que vous donnez à tout le monde de pouvoir s’exprimer librement et constructivement et à moi particulièrement, une seconde fois. Je tiens à rappeler que vous m’aviez donnée l’occasion d’analyser et formuler des propositions quand vous étiez Responsable de la Rubrique Centrafrique dans une publication à l’international, chez Opinion Internationale, au moment où notre pays était à feu et sang en 2013 et 2014.

Alors depuis le moment où notre pays était à feu et à sang, si je vous dis Centrafrique, que dites-vous aujourd’hui ?
Mon impression sur la Centrafrique malgré tout est une impression très positive. Je suis hyper optimiste et crois toujours que nous pouvons tous ensemble relever notre pays. Il y a certaines équivoques qu’il faudrait toutefois lever.
La Diaspora dans le monde et la diaspora centrafricaine en particulier est le symbole du « Joseph Biblique » de notre siècle et en aucun cas ne pourra être l’ennemie de son pays natal, et la Diaspora Centrafricaine ne se limite pas en France non plus. Il y a des Centrafricains et Centrafricaines en Angleterre, au Burkina, Cameroun, Tchad, Congo RDC et Brazzaville, Benin, Sénégal, Maroc, Tanzanie, Afrique du Sud, Etats Unis, Japon, Ethiopie, Australie pour ne citer que ces pays-là.
Les hauts dirigeants de notre pays aujourd’hui sont en majorité des ressortissants de la Diaspora, leurs enfants font ou feront de hautes études à l’extérieur du pays tout comme eux. Grace à la diaspora Centrafricaine nous avons des véhicules de transport comme les taxis, bus et motos qui aident la communauté Centrafricaine. Donc pour une renaissance concrète de la Centrafrique, la Diaspora centrafricaine fait partie des forces qu’il faudrait associer au system en place.
Il faudrait toujours que l’on cultive une synergie comme celle d’un seul peuple, et que l’on se remplisse d’énergie positive pour agir honnêtement afin de développer notre pays.
Pour rendre explicite mon opinion j’aimerais insister sur l’AMOUR de la patrie et pour cela il faudrait éduquer la masse à aimer son prochain, à AIMER son pays. Quand on aime son pays on ne le pille pas, on le construit, on le défend et on le protège. On crée les infrastructures, on éduque et apporte des soutiens aux communautés. On crée du travail. Il existe un système en place basé sur des valeurs fondamentales.
Je vis en Australie bien sûr mais 80% du fruit de ma lutte a été investi en Centrafrique mon pays natal pour aider la communauté. Cependant, j’ai été pillé en pleine réalisation de mon projet par « ces mécréants » que nous connaissons tous. Le pire est que j’ai perdu plus de 37 000 dollars d’équipements hospitaliers et de construction et je n’avais que l’assurance de deux ambulances seulement parce que je ne disposais pas de suffisamment de moyens. A ce jour mon plan de relève souffre de financement.
Mais vous y croyez toujours ?
Ma motivation envers la Centrafrique n’a pas changé mais il nous faut tous des garanties sécuritaires pour investir. L’une des garanties comme je vous l’avais dit c’est d’éduquer la masse et l’autre est que nos Forces de l’ordre doivent sécuriser les biens et les personnes en cas de remous politique. Par manque de garanties sécuritaires, je regrette d’avoir rejeté deux propositions de projets en faveur de la RCA dont l’un a profité aux Cambodgiens aujourd’hui.

Que vous inspirent les derniers événements du wee-kend  dernier?
Je pense qu’il faudrait donner la chance à la jeune démocratie en Centrafrique d’évoluer en appliquant ses règles élémentaires parmi lesquelles la liberté de manifestation et d’expression. Les évènements du week-end dernier sont contradictoires à ce que le régime de Bangui a toujours prôné. Pourtant le Président de la République a toujours été un grand architecte de la Démocratie, de la liberté de la presse etc. Le monde était un peu surpris de cet évènement. A mon avis, les Forces de l’ordre devaient encadrer les manifestants même à distance pour éviter des tensions. Les Forces de l’ordre doivent faire partie des garants de la Démocratie en observant ses différents principes. On aurait pu se rendre compte, voire prouver au monde que l’on est dans un état démocratique, malheureusement la répression était au rendez-vous.

Et l’arrestation et le molestage des deux journalistes Français ?
Quant à l’arrestation et molestage des deux journalistes Français, comme je l’ai dit dans ma première réponse, les Forces de l’ordre font partie des garants de la Démocratie et à ce titre je trouve anormal qu’elles arrêtent et molestent des journalistes qui sont des porte-voix si vous me permettez ce terme. C’est un grand paradoxe que la répression et la violence soient inscrites à l’ordre du jour. L’autre paradoxe qui ne doit pas échapper à notre attention est que la plupart du temps, et l’histoire l’a prouvé, certaines Forces de l’ordre causent du tort au gouvernement croyant qu’elles le défendent. Nos Forces de l’ordre doivent être nos Forces Nationales de Maintien de Paix et de Sécurité et non pas Forces de répression sur des civiles sans défense.

Pensez-vous qu’il y ait tentative de muselage de la Presse en ce moment en RCA ?
Je ne crois pas à une tentative de muselage de la presse surtout avec la technologie de pointe en communication même si certaines personnes se permettaient de le faire, cette technologie ferait échec parce que tout ce qui s’est passé était enregistré, diffusé dans le monde en « live » par des fils et filles du pays qui n’étaient même pas des manifestants ni des journalistes. Donc c’est un peu difficile de museler la presse qui est composée des professionnels des médias.
Que retenez-vous des grandes réalisations du Président TOUADERA ?
Les grandes réalisations du Président dont je pourrais parler c’est la formation et construction de l’Armée Centrafricaine et les autres Forces nationales. Il faudrait toutefois apporter les renforcements des capacités au respect des Droits de l’Homme. Son approche pour une coopération avec toutes grandes puissances qui s’intéressent à la Centrafrique est vraiment très positive mais beaucoup restent à faire, surtout la création ou construction d’infrastructures de base pour une meilleure vie de tout son peuple.

Quel est votre avis sur la situation de l’Armée centrafricaine ?
L’Armée centrafricaine pourrait être une excellente Armée si elle s’arme du respect des Droits de l’Homme, si elle se charge de défendre et protéger la population civile meurtrie et vulnérable… La population doit se sentir soulagée, protégée et en sécurité lorsqu’elle voit son armée. L’armée de son côté doit se dire  » Mon combat, Mon peuple » au lieu de dire que  » Mbi li tourougou mbi ke ga ti fa ala kwe ». C’est faux, elle ne doit pas être une Armée de quelqu’un ni de répression, mais l’Armée du peuple. C’est une institution qui reste pendant que plusieurs régimes se succèdent.

Pourquoi l’embargo tarde-t-il à être levé?
Ne voyez-vous pas que chaque fois qu’on essaie de parler de la levée de cet embargo créé contre nous et notre Armée quelque chose se passe soit à la veille, soit au même moment? C’est pourquoi nos Forces de l’ordre doivent se retenir de la répression, de la violence sur la population pour qu’on prouve à tout le monde que l’on a compris le jeu. On aurait pu gagner beaucoup de points le week-end dernier si les Forces de l’ordre avaient encadré et sécurisé les manifestants pacifiques. Le gouvernement pouvait s’en servir. Et la population manifestante et le gouvernement gagnaient. C’est cela la Démocratie, et ceux qui nous ont liés avec ce « truc » d’embargo vont dire « mais ces gens-là s’entendent hein! Voilà c’est ce qu’on voulait voir » De toutes les manières rien n’est tard. Dieu merci il n’y a pas eu de cas de mort lors des manifestations du week-end dernier je crois. Nous devons aimer, développer notre pays et protéger notre peuple sans répression. Je suis optimiste. On finira par lever cet embargo.

Un dernier mot, un message ?
Mon message au peuple centrafricain, au gouvernement et à moi-même c’est d’aimer notre Patrie sans se prêter à des jeux qui nous rendent esclaves, dépendants et pauvres.

Mes félicitations à plusieurs stations FM en Centrafrique comme Radio life, Radio Guira, les journaux de chez nous comme « Mbi la gué » et beaucoup d’autres réseaux qui font déjà du bon travail pour l’éducation et le développement de notre pays. Je suis vraiment fier que mes compatriotes Centrafricaines et Centrafricains commencent à comprendre beaucoup de choses et nous sommes en pleine synergie. Cela donne un grand espoir à nous tous. Je vous remercie Madame.

C’est moi qui vous remercie

Propos recueillis par Lydie NZENGOU KOUMAT-GUERET