FP
Image caption
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo
19 février 2020 BBC Afrique

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a averti que le plan du gouvernement sud-africain d’exproprier des terres sans compensation sera « désastreux » pour l’économie et la nation.

M. Pompeo a fait ces commentaires en Éthiopie, dernière étape de sa visite en Afrique, qui l’a également conduit en Angola et au Sénégal.

« L’Afrique du Sud débat d’un amendement visant à permettre l’expropriation de la propriété privée sans compensation. Ce serait désastreux pour cette économie, et surtout pour le peuple sud-africain », a-t-il déclaré selon l’agence de presse Bloomberg.

Les économies africaines ont besoin « d’un État de droit fort, du respect des droits de propriété [et] d’une réglementation qui encourage les investissements », a-t-il ajouté.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s’est engagé à poursuivre la modification de la constitution pour permettre l’expropriation des terres sans compensation afin de lutter contre « l’injustice historique » causée par la règle de la minorité blanche.

La plupart des fermes et des exploitations agricoles du pays sont détenues par des fermiers blancs – 72%, selon les statistiques du gouvernement. Les Blancs représentent 9 % de la population.

Le plan du gouvernement a rencontré une résistance farouche de la part du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique, et principalement des groupes de pression blancs.

En 2018, le président américain Donald Trump a déclaré avoir demandé à M. Pompeo « d’étudier de près les saisies et expropriations de terres et d’exploitations agricoles et l’assassinat à grande échelle d’agriculteurs ».

Le gouvernement sud-africain a déclaré que M. Trump était « mal informé » et qu’il allait s’occuper de cette question par la voie diplomatique.