Un manifestant lance lance un cocktail molotov en direction du stand du ministère de la Défense installé sur le Champs de Mars pour le carnaval de Port-au-Prince. REUTERS/Andres Martinez Casares
Texte par : RFI
Publié le : 24/02/2020 – 14:13 Modifié le : 24/02/2020 – 14:43

Des affrontements entre policiers et militaires ont fait deux morts et une dizaine de blessés dimanche 23 février à Port-au-Prince. Ces violences ont amené le gouvernement à annuler le carnaval qui devait se tenir jusqu’à mardi, afin, dit-il dans un communiqué, « d’éviter un bain de sang programmé ». Il appelle la population à garder son calme.

La semaine dernière, certains policiers avaient déjà bloqué des routes et incendié des véhicules pour réclamer de meilleures conditions de travail, notamment des augmentations de salaire – ils gagnent entre 200 et 255 dollars brut par mois. Ils demandent aussi le droit de former un syndicat. Les mesures annoncées samedi par le président Jovenel Moïse n’ont visiblement pas suffi.

Dimanche, en début d’après-midi, des policiers et leurs partisans ont attaqué pendant plus de deux heures le quartier général de l’armée haïtienne, en plein cœur de la capitale, à quelques mètres du Palais national. Cette nouvelle armée, recréée par le président Moïse en 2017.

Un assault mené par des « individus encagoulés »

L’assaut a été mené, selon l’état-major militaire, par des « individus encagoulés », munis entre autres « de fusils automatiques ». Plus tard, plusieurs personnes se réclamant du mouvement des policiers ont également tenté d’incendier les locaux de Radio Télévision Caraïbes. Ce média très populaire a suspendu ses émissions.

La police nationale haïtienne est directement confrontée à la grande criminalité qui touche Haïti. Le pays est paralysé par une crise politique depuis plus d’un an et frappé par une profonde crise économique. Depuis quelques semaines, le pays enregistre notamment une recrudescence des enlèvements contre rançon. Ce qui restreint encore un peu plus la mobilité des Haïtiens, qui souffrent déjà de la lutte entre bandes armées sur une grande partie du territoire.