L’ancien agent du FBI Robert Levinson en 2007, avant sa disparition. © AFP, HelpBobLevinson.com
Texte par : FRANCE 24
Publié le : 26/03/2020 – 11:29 Modifié le : 26/03/2020 – 11:29

La famille de l’agent du FBI à la retraite Robert Levinson, disparu depuis 2007, a affirmé jeudi qu’il serait « mort alors qu’il était détenu » par les autorités iraniennes. Une annonce qui pourrait envenimer les relations entre Washington et Téhéran.

L’Iran a affirmé, jeudi 26 mars, n’avoir « aucune connaissance » de l’endroit où se trouvait Robert Levinson, un ancien agent du FBI disparu en 2007 dans de mystérieuses circonstances. La veille, sa famille avait annoncé qu’il était « mort alors qu’il était détenu » par les autorités iraniennes.

De son côté, le président des États-Unis, Donald Trump, n’a pas formellement confirmé son décès, mais a laissé entendre qu’il était probable. « Ils ne nous ont pas dit qu’il était mort, mais beaucoup de gens pensent que c’est le cas », a-t-il affirmé, se disant « désolé ». Il a reconnu que les informations n’étaient « pas encourageantes ». « Il était malade depuis des années », a-t-il aussi souligné, parlant de lui au passé et reconnaissant avoir échoué à le ramener aux États-Unis.

« Pas détenu par l’Iran »

« L’Iran a toujours soutenu que ses fonctionnaires n’ont aucune connaissance de l’endroit où se trouve M. Levinson, et qu’il n’est pas détenu par l’Iran », a déclaré Alireza Miryousefi, chargé de la presse auprès de la mission de l’Iran à l’ONU. « Ces faits n’ont pas changé », selon lui.

Sans être en mesure de donner les causes ni la date du décès de celui qui a souvent été présenté comme l’otage le plus ancien de l’histoire américaine, la famille a seulement estimé qu’il était survenu avant l’épidémie de Covid-19 qui a frappé durement l’Iran.

Sujet de tension

Le décès de Robert Levinson, s’il est confirmé officiellement, risque d’envenimer plus encore les relations déjà extrêmement tendues entre les États-Unis et la République islamique.

La semaine dernière, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait réclamé de Téhéran qu’il « libère immédiatement » tous les ressortissants américains face à la menace du coronavirus dans ses prisons.

Auparavant, début 2016, l’administration précédente de Barack Obama avait affirmé qu’elle pensait que Robert Levinson n’était plus en Iran. Le Washington Post a rapporté en 2013 que Levinson, qui avait pris sa retraite du FBI, travaillait pour la CIA et avait fait une mission visant à recueillir des renseignements sur l’Iran.

Les responsables iraniens ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils n’avaient aucune information à son sujet.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré en 2018 que Levinson s’était rendu en Iran à un certain moment, puis qu’il était parti ; et qu’il n’avait aucune information sur tout ce qui aurait pu se produire après son départ.

Avec AFP