Ilhan Omar lros d’une conférence de presse à Washington D.C le 25 juillet 2019.
Mary F. Calvert, Reuters
Texte par : FRANCE 24
Première publication : 15/08/2019 – 18:07

Israël a décidé d’interdire l’accès à son territoire à Ilhan Omar et Rashida Tlaib, deux élues du Congrès américain accusées de soutenir la campagne de boycott d’Israël.

Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi 15 août interdire à deux élues américaines d’entrer en Israël en raison de leur soutien à la campagne de boycott de l’Etat hébreu.

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, deux membres de l’aile gauche du Parti démocrate américain, devaient atterrir ce weekend à Tel-Aviv afin de visiter les Territoires palestiniens occupés. Le ministère israélien de l’Intérieur a décidé de leur interdire l’entrée en Israël, estimant que leur visite s’inscrivait dans le cadre « d’activités de boycott anti-israélien », selon un communiqué.

>> À lire aussi : « The Squad » : les quatre parlementaires américaines qui tiennent tête à Donald Trump

« Que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, sous la pression de Donald Trump, refuse l’entrée (en Israël et dans les Territoires palestiniens) de deux représentantes de l’Etat américain, représente un affront », a réagi dans un communiqué Ilhan Omar.

« un acte d’hostilité scandaleux »

« La décision israélienne d’interdire aux élues du Congrès Rashida Tlaib et Ilhan Omar de visiter la Palestine est un acte d’hostilité scandaleux contre le peuple américain et ses représentants », a déclaré dans un communiqué Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

« Il s’agit d’un précédent dangereux », a-t-elle ajouté, « et d’une attaque contre le droit du peuple palestinien à nouer un dialogue avec le reste du monde ».

Le puissant lobby américain pro-Israël Aipac a également critiqué jeudi la décision de l’État hébreu :

« Nous désapprouvons le soutien » des élues de la Chambre des représentants Ilhan Omar et Rashida Tlaib « au mouvement anti-Israël et anti-paix BDS, mais nous pensons également que tout membre du Congrès devrait être en mesure de se rendre chez notre allié démocratique Israël pour le découvrir en personne », a affirmé sur Twitter l’Aipac, une organisation dont les membres de l’administration de Donald Trump se montrent d’ordinaire très proches.