Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la conférence de presse finale du sommet de l’Otan.
REUTERS/Yves Herman

Les 29 membres de l’Otan ont adopté, mercredi 4 décembre, à l’issue d’un sommet du 70e anniversaire pourtant marqué par d’importantes dissensions, une déclaration commune affirmant leur « solidarité, unité et cohésion ».

« La solidarité, l’unité et la cohésion sont des principes fondamentaux de notre Alliance », ont rappelé mercredi les 29 membres de l’Otan dans une déclaration commune à l’issue du 70e sommet de l’Alliance atlantique dans un golf à Watford, en banlieue de Londres. La phrase n’est pas anodine alors que des dissensions sont apparues ces derniers mois. « L’Otan reste le fondement de notre défense collective et le forum essentiel pour les consultations et la prise de décision en matière de sécurité entre Alliés », rappelle le communiqué publié à l’issue d’une réunion.

Le texte relève aussi les « menaces » que représentent « les actions agressives » de la Russie, comme « le terrorisme sous toutes ses formes » tout en assurant être une alliance uniquement « défensive », qui « ne représente une menace pour aucun pays ».

« Les Alliés sont fermement attachés à la pleine mise en application du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) dans tous ses aspects, à savoir le désarmement nucléaire, la non-prolifération et les utilisations de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques », rappelle aussi le communiqué.

Dans ce communiqué final, pour la première fois, l’Otan reconnaît la montée en puissance de la Chine comme un « défi », évoquant par exemple l’enjeu de la 5G.

(avec AFP)