La première ministre, Theresa May, et son mari, Philip, en chemin vers leur bureau de vote, dans la vallée de la Tamise (sud-est de l’Angleterre), le 2 mai 2019. Andrew Matthews / AP

Par Eric Albert, publié le 03 mai Le Monde

Après des mois d’intenses luttes internes et de déchirements permanents, les deux grands partis traditionnels britanniques paient le prix électoral de leur débâcle sur le Brexit. Les élections locales, qui se déroulaient jeudi 2 mai dans la plupart des provinces d’Angleterre (hormis Londres) et en Irlande du Nord, représentent un sérieux avertissement pour le parti conservateur, comme c’était attendu, mais aussi, dans une moindre mesure, pour les travaillistes.

« On savait que les électeurs étaient mécontents de la façon dont les tories s’occupaient du Brexit, mais il apparaît qu’ils ne sont pas heureux non plus de la réponse que le parti travailliste y a apporté, analyse John Curtice, politologue à l’université de Strathclyde. Les électeurs désertent le système des partis traditionnels. »

Nigel Farage en tête des sondages
Ce n’est peut-être qu’un coup de semonce. Les élections européennes, qui se tiendront dans trois semaines, sauf accord de dernière minute sur le Brexit, s’annoncent catastrophiques pour les deux principaux partis, et ouvrent un boulevard à toutes les alternatives. En particulier, le nouveau Parti du Brexit, créé par Nigel Farage, est en tête des sondages, oscillant entre 27 % et 30 % de soutien seulement trois mois après sa création. Pour de nombreux Britanniques, l’idée de voter pour des députés européens presque trois ans après avoir choisi par référendum de quitter l’Union européenne est inadmissible.

Lire aussi Artisan du référendum du Brexit en 2016, Nigel Farage « is back »
Selon les résultats d’un peu plus de la moitié des autorités locales, vendredi matin, les conservateurs perdaient plus de 440 sièges de conseillers municipaux, par rapport au scrutin de 2015, sur environ 3 100 déjà comptés, tandis que les travaillistes reculaient de près d’une centaine de sièges. Face à eux, tous les autres progressaient : libéraux-démocrates, Verts, mais aussi de nombreux candidats sans étiquette.