Le président russe Vladimir Poutine, à Moscou, le 03 mars 2018.
janvier 23, 2020 VOA
AFP

Pas de temps à perdre: les députés russes examinent jeudi en première lecture les amendements constitutionnels annoncés la semaine dernière par Vladimir Poutine et soumis lundi au Parlement, une réforme qui ne devrait rencontrer aucune opposition sérieuse.

Le président russe a pris tout le monde de court le 15 janvier avec cette refonte de la Constitution qui promet entre autre de donner de nouvelles prérogatives au Parlement, limiter à deux le nombre de mandats que peut exercer le chef de l’Etat et créer un Conseil d’Etat aux pouvoirs accrus.

Depuis, les séquences s’enchaînent à une vitesse inhabituelle dans le train-train politique russe: l’ex-Premier ministre Dmitri Medvedev a démissionné, immédiatement remplacé par un haut-fonctionnaire inconnu du grand public, Mikhaïl Michoustine, qui a nommé mardi son nouveau cabinet où les postes clés n’ont pas changé de main.

Dans une Douma – la chambre basse du Parlement russe – entièrement contrôlée par les forces pro-Kremlin, l’adoption des amendements voulus par Vladimir Poutine ne fait guère de doute.

Ceux-ci ont été proposés lundi, à peine cinq jours après la formation d’un « groupe de travail » censé plancher sur cette réforme mais qui ne s’est réuni que deux fois. Une de ses membres, Elena Alchanskaïa, a clairement laissé entendre que la loi avait été écrite à l’avance.

« Je n’ai pas travaillé » sur les amendements, a écrit sur Facebook cette présidente d’un fonds d’aide aux orphelins: « Très clairement, notre rôle est seulement représentatif ».

La Douma doit adopter ce projet de loi en trois lectures. Selon le chef de la commission des lois, Pavel Kracheninnikov, la deuxième lecture aura lieu dès mi-février.

Le texte sera ensuite approuvé par le Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, puis signé par le président Poutine. Le Kremlin a aussi promis qu’un vaste débat public serait organisé et que les Russes auront à se prononcer sur le texte par un vote.

– « Régime présidentiel fort » –

Dans son adresse à la Nation, Vladimir Poutine avait exposé ses réformes en les jugeant « importantes pour le développement futur de la Russie » et le texte soumis au Parlement reprend les grandes lignes de son discours.

Il propose ainsi de transférer certaines prérogatives au Parlement, comme celle de choisir le Premier ministre. Il muscle aussi le rôle d’un organe jusqu’alors consultatif, le Conseil d’Etat, laissant place à des spéculations selon lesquelles celui-ci pourrait devenir le coeur du régime.

Autre innovation, les juges, les élus et responsables politiques au niveau fédéral auront l’interdiction de posséder une nationalité étrangère ou un permis de séjour permanent dans un autre pays. Le texte renforce aussi certains pouvoirs du président, qui pourra par exemple refuser de signer une loi adoptée par deux tiers des députés.

Pour beaucoup d’analystes, Vladimir Poutine organise avec cette réforme l’après 2024, en se laissant le maximum de portes ouvertes pour préserver son influence dans le pays qu’il pilote depuis 20 ans.

En visite mercredi dans la région de Lipetsk, au sud de Moscou, le président a répété que la Russie « a besoin d’un régime présidentiel fort ». Si certains experts estiment que la réforme renforcera en effet le caractère présidentiel du système politique, d’autres assurent que celui-ci ne sera modifié qu’à la marge.

Et pour le politologue Gleb Pavlovsky, Vladimir Poutine n’a aucune intention de quitter son poste avant 2024, comme certaines rumeurs l’affirment: « Ce qu’il fait là, c’est un acte de pouvoir et pas de sortie. Il crée un système de pouvoir encore plus compliqué où seul lui pourra être le guide ».