Bangui, 13 juin (ACAP) – Le Premier-ministre, Firmin Ngrébada, a présidé, jeudi 13 juin 2019 à Bangui, les travaux de la 3ème session du Comité Exécutif de Suivi (CES) de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA), en présence de quelques ambassadeurs accrédités en Centrafrique, dont le représentant spécial du président de la Commission de l’Union africaine, Matias Bertino Matondo, de quelques membres du gouvernement et des membres dudit comité.

Le Premier-ministre Firmin Ngrébada préside les travaux de la 3ème session du Comité Exécutif de Suivi de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en Centrafrique
La 3ème session du CES a permis à une cinquantaine de participants de passer en revue certains points, entre autres la présentation du tableau des violations de l’APPR-RCA, de la version actualisée de communication, du point d’information sur la poursuite du désarmement, de la démobilisation, de la réinsertion et du rapatriement (DDRR).

Le Premier-ministre a indiqué que cette 3ème session du Comité Exécutif de Suivi de l’APPR consiste à faire avancer sur le terrain le bénéfice ou le dividende de l’accord de paix afin de permettre à la population de ressentir au niveau national et local l’impact positif dudit accord.

Le chef du gouvernement a déclaré qu’« en terme de paix, d’abord la cessation sur toute l’étendue du territoire national des violences perpétrées par des groupes armés et ensuite le retour progressif de la sécurité dans notre pays ».

Firmin Ngrébada a relevé que « l’un des engagements forts pris pendant les pourparlers de Khartoum était de parvenir à la dissolution intégrale des groupes armés et non à en créer de nouveaux ».

Il a déploré la naissance dans la préfecture de la Vakaga d’un groupe armé issu des rangs du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et a appelé le leader du FPRC pour la discipline et le respect au sein de son groupe aux fins d’une bonne observation des engagements contenus dans l’accord politique de paix.

Par ailleurs, le Premier-ministre a demandé aux autorités locales, à la population et aux groupes armés de créer les conditions d’un bon fonctionnement des différentes structures déconcentrées.

Le représentant de l’Union africaine, Matias Bertino Matondo, a pour sa part souligné que le DDRR est un processus qui vient de commencer et cela va prendre du temps, tout en notant que certains éléments de Révolution et Justice (RJ) et ceux de Retour, Réclamation et Réhabilitation (3R) sont passés par le DDRR, l’essentiel étant que tout le monde soit inclus.

Il convient de rappeler que la 2ème réunion du Comité Exécutif de Suivi de l’Accord Politique pour la paix et la Réconciliation en Centrafrique s’est tenue le 29 mai dernier et a recommandé entre autres au Secrétariat Technique du CES de présenter le rapport sur l’état des lieux des violations de l’Accord sous forme de tableau en indiquant la nature et les faits, la localisation et les responsabilités.

Jeudi 13 Juin 2019
François Biongo / ACAP