Capture d’écran d’une vidéo du groupe Etat islamique datée du 29 avril 2019 et montrant Abou Bakr al-Baghdadi.
Islamic State Group/Al Furqan Media Network/Reuters TV
Par RFIPublié le 31-10-2019 Modifié le 31-10-2019 à 21:28

Dans un message audio, le groupe État islamique a confirmé ce jeudi 31 octobre la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, tué dans une opération américaine en Syrie, et a nommé son successeur en menaçant les États-Unis de représailles.

« Ô musulmans, Ô moujahidines, soldats de l’EI (…), nous pleurons le commandeur des croyants Abou Bakr al-Baghdadi », a déclaré dans un message audio posté sur l’application Telegram Abou Hamza Al-Qourachi, présenté comme le nouveau porte-parole de l’organisation extrémiste.

Cette confirmation intervient cinq jours après l’annonce de son décès par Donald Trump dans une opération américaine en Syrie. Dans son enregistrement audio d’une durée de sept minutes, le nouveau porte-parole de l’organisation jihadiste a appelé à venger cette mort, en menaçant spécifiquement les États-Unis de représailles et en qualifiant son président de « vieil homme insensé ». « Ne te réjouis pas Amérique, a continué Abou Hamza Al-Qourachi, il est venu celui qui te fera oublier les horreurs », d’Abou Bakr al-Baghdadi et « les coupes amères (…) dont le goût te paraîtra doux ».

Le groupe État islamique a en effet indiqué dans ce même message audio que l’assemblée consultative de l’organisation avait prêté allégeance à Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi en tant que « commandeur des croyants » et nouveau « calife des musulmans ». Ce nom avait rarement été mentionné parmi les potentiels successeurs de Baghdadi.