Le Conseil de sécurité des Nations unies réuni au siège de l’organisation à New York, le 28 février 2020. REUTERS/Carlo Allegri
Texte par : RFI
Publié le : 24/06/2020 – 20:36

A New York, la réunion mensuelle du Conseil de sécurité à propos du processus de paix au Moyen-Orient a pris un tour particulier une semaine avant la date limite de juillet, fixée par le gouvernement israélien pour l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie. Six membres du Conseil de sécurité y ont fait siéger leurs ministres des Affaires étrangères pour marquer les esprits. Sans surprise, cela a sonné comme une mise en garde à Israël de la part de la communauté internationale.

Nous construisons un avenir positif et sans pauvreté maintenant et en Afrique. Pas seulement pour quelques privilégiés, mais comme un droit pour tout le monde. Un exemple des interventions en cours est notre réponse à la covid19. Découvre-nous!

Voir Plus
Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Des gouvernements du monde entier étaient à la table du Conseil de sécurité pour s’adresser directement à Israël, et ont exprimé leur frustration quant à l’engluement de ce processus de paix.

Le secrétaire général de l’ONU a lui été clair : si elle était mise en oeuvre, l’annexion constituerait une violation des plus sérieuses de la loi internationale, endommagerait gravement la perspective d’une solution à deux états, et saperait les possibilités de reprise des négociations. « Nous sommes à un moment critique. J’appelle le gouvernement israélien à abandonner tous ses plans d’annexion », a notamment déclaré Antonio Guterres.

Un appel appuyé par son représentant spécial à Jérusalem, Nickolay Mladenov. « Tous ceux d’entre nous qui croient au droit légitime des Palestiniens et Israéliens à l’autodétermination, la sécurité et un futur plus brilliant, doivent rejeter cette idée et consolider leurs efforts pour préserver la solution à deux Etats », a-t-il lancé.

L’ambassadrice américaine Nikki Haley a expliqué ne plus croire au statut quo et a défendu le plan américain pour le Moyen-Orient, plus « pragmatique », qui encourage les annexions mais n’est qu’un point de départ de négociation, a-t-elle assuré. Les pays européens du Conseil ainsi que le Royaume-Uni ont mis en garde Israël de représailles en cas d’annexion, sans toutefois les préciser.