C’est toujours un immense plaisir de rencontrer Jean-Marie Dieket, ce professionnel de la mode, et de toucher du doigt ses créations de foulards haute gamme, en véritable soie. Leur particularité, ils s’inspirent des motifs d’étoffes traditionnelles des peuples Ashantis, Akans, Krous, et Ewes d’Afrique de l’ouest. Quel délice pour les yeux, c’est l’Afrique qui s’invite dans les accessoires de mode et par les mains d’un Africain! Ils sont nombreux, ces jeunes créateurs à vouloir se lancer et réaliser leur rêve, lancer une marque et l’exporter. Nous revenons sur le parcours de Jean-Marie, pour en inspirer plus d’un et souhaiter longue vie aux créations TED & IKE

Pouvez-vous nous parler de votre personne, vos activités et du Canada où vous vivez depuis plusieurs années?
Je suis Jean-Marie Dieket né en Côte d’ivoire. J’y ai travaillé une quinzaine d’années dans le domaine commercial et pétrolier. Je suis diplômé des universités françaises et canadiennes. J’ai immigré au Canada en 2007 et depuis 2010, j’exerce comme consultant en équipements pétroliers et produits apparentés au Québec (Canada). Aujourd’hui, mon emploi du temps me permet de m’adonner à ma passion qui est la Mode.

Vous avez quitté votre terre natale où vous aviez créé votre marque de vêtements. Racontez-nous.
J’ai fait mes premières classes en créant en 1994 la marque de vêtements CAFÉ-CACAO à Abidjan, parce que j’étais insatisfait de l’offre locale en matière de chemises en pagne. Je trouvais que les chemises en pagne portées sur des pantalons jean manquaient un peu de classe. J’ai donc créé des chemises que j’aimerais porter moi-même.

CAFÉ-CACAO, c’était une collection des chemises de style patchworks, qui combinait le tissus jean (européen et américain) et le pagne wax (africain) enfin de rendre celles-ci plus décontractées et moins ringardes. Les activités de l’atelier de couture ont plus ou moins fonctionnées jusqu’en 2007, année de mon immigration au Canada.

Vous vous êtes lancé aujourd’hui dans les foulards de luxe avec l’empreinte ivoirienne. Expliquez-nous.
Il faut souligner que je ne suis pas un professionnel dans le domaine de la mode, mais pour exercer ma passion au Canada, j’ai trouvé utile et nécessaire de prendre une formation de base du métier de Designer de Mode.

Les foulards en soie haut de gamme que je crée aujourd’hui sous la marque Éponyme TED & IKE s’inspirant des motifs d’étoffes traditionnelles des peuples Ashantis, Akans, Krous, et Ewes d’Afrique de l’ouest, s’inscrivent dans la continuité de CAFÉ-CACAO.

TED & IKE ne va pas se limiter uniquement aux peuples Ashantis, Akans, Krous et Ewes.

En fait mon objectif en créant cette marque de vêtement et d’accessoires est de valoriser et promouvoir l’exceptionnelle créativité graphique des tisserands et des teinturiers traditionnels d’Afrique. Autrement dit, selon les régions et les pays d’Afrique, TED &IKE créera des collections qui s’inspireront des designs graphiques traditionnels des groupes sociaux ou régionaux pour que chacun puisse se reconnaître dans nos créations. Ces foulards ne sont pas que des accessoires de mode, ils sont également l’expression de l’affirmation d’une identité.

Comment et où nous procurer vos articles?
Nous avons fermé notre boutique électronique depuis un an pour y apporter des améliorations importantes et proposer à notre clientèle une boutique qui va refléter l’esprit TED &IKE.
Cependant vous pouvez consulter le compte Facebook de TED&IKE (https://www.facebook.com/tedikeofficial) et appeler au 001 514-588-5074 (WhatsApp) pour les informations sur les prix et vos commandes.

Nous sommes également à la recherche de représentants (es) qui ont des boutiques dans les espaces duty free des aéroports.

A quand une nouvelle histoire de création avec Jean-Marie Dieket?
Nous sommes en contact avec des fournisseurs en Afrique du Sud et en île Maurice. Nous travaillons actuellement pour la sortie d’une collection de vêtements polos et d’une autre collection de foulards. Cependant, notre souci aujourd’hui est d’imaginer une plateforme de distribution de nos produits (haut de gamme) pour la clientèle que nous visons. Nous sommes donc à la recherche d’idées nouvelles et sommes ouverts à toute proposition.

Pour finir, avez-vous un conseil à prodiguer à ceux qui veulent se lancer dans la mode et la beauté sur le continent africain?
L’aventure est passionnante, mais elle exige de lui consacrer beaucoup de temps, d’avoir du talent, d’imaginer et de créer sans cesse et surtout de se former aux métiers de la Mode. L’Afrique a beaucoup à offrir en matière de mode et de beauté, mais pour se faire, il faut aller puiser l’inspiration dans nos traditions et l’adapter aux impératifs et aux tendances de la mode et de la beauté. Pour moi la mode doit entres autres, exprimer l’appartenance à un clan, à un groupe social et à une culture. C’est là que le choix des dessins, des graphismes et des couleurs devient très significatif.

Je vous remercie

Propos recueillis par Lydie NZENGOU KOUMAT-GUERET