La chanteuse malienne Rokia Traore est au cœur d’une bataille judiciaire pour la garde de sa fille. © Loic Venance, AFP/Archives
Texte par : FRANCE 24

Placée fin mars sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire, dans le cadre d’une procédure liée à la garde de sa fille, la chanteuse franco-malienne a malgré tout réussi à quitter la France pour se rendre au Mali.

La chanteuse franco-malienne Rokia Traoré a pris la fuite. Elle a rejoint le Mali en violation d’une interdiction émise par la justice française qui devait la remettre à la Belgique dans le cadre d’une procédure liée à la garde de sa fille, a indiqué dimanche 17 mai son avocat. « C’est une mère aux abois qui a peur qu’on lui arrache son enfant, c’est pour ça qu’elle est partie au Mali, où elle habite », a expliqué à l’AFP Me Kenneth Feliho.

« De retour au Mali. La quête de justice continue », indiquait déjà la chanteuse dans un message en anglais posté mardi sur son compte Facebook et repéré dimanche par le Parisien. Dans un post daté de vendredi, elle assurait ne pas être « une terroriste ».

« Enlèvement, séquestration et prise d’otage »

La cour d’appel de Paris avait approuvé la remise de Rokia Traoré à la Belgique fin mars, en vertu d’un mandat d’arrêt européen dans le cadre du litige qui l’oppose au père de sa fille. En attendant cette remise, elle avait d’abord été écrouée avant d’être libérée sous contrôle judiciaire avec interdiction notamment de quitter la France.

Le mandat d’arrêt qui la vise pour « enlèvement, séquestration et prise d’otage » a été émis par un juge d’instruction de Bruxelles et découle du non-respect d’un jugement rendu fin juin 2019 exigeant la remise de sa fille de 5 ans à son père belge, dont Rokia Traoré est séparée.

Rokia Traore conteste

La chanteuse, qui affirme dans son message avoir quitté la France par un vol privé, conteste la décision de la justice belge de confier la garde exclusive de l’enfant à son père. Selon son avocat, une décision de la justice malienne a accordé à la chanteuse la garde de sa fille.

Le mandat d’arrêt émis par la Belgique entraîne l’inscription de Rokia Traoré au fichier des personnes recherchées mais elle a quitté le pays « de façon régulière » depuis l’aéroport du Bourget (nord de Paris), a assuré une source policière.

Selon une source judiciaire, le parquet général de la cour d’appel de Paris est en attente d’éléments pouvant attester que Mme Traoré n’a pas respecté son contrôle judiciaire. Si cela est avéré, il requerra sa révocation auprès de la chambre de l’instruction, qui pourra ordonner un mandat d’arrêt contre Mme Traoré.

Rokia Traoré, chanteuse et guitariste, est aussi connue pour son engagement en faveur des réfugiés et pour avoir été nommée en 2016 ambassadrice de bonne volonté par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Avec AFP