Un membre du personnel électoral porte des machines à voter électroniques après les avoir récupérées dans un centre de distribution situé dans un stade couvert à Kolkata, le 18 mai 2019. Les urnes livreront leur verdict jeudi 23 mai, jour du dépouillement.
REUTERS/Rupak De Chowdhuri

Par RFI Publié le 19-05-2019 Modifié le 19-05-2019 à 18:32

Les sondages de sortie des urnes prédisent une large victoire du parti nationaliste hindou du BJP aux législatives qui viennent de se terminer. La campagne menée sur les thèmes de la sécurité nationale et de la suprématie de l’hindouisme aurait donc permis au gouvernement de Narendra Modi de réussir cet exploit.

Avec notre correspondant à New Delhi,Sébastien Farcis

Sept agences de sondages et chaînes de télévision prédisent une victoire confortable pour la droite nationaliste hindou. Tout le centre et le nord de l’Inde, depuis le Rajasthan jusqu’au Bihar, et même une partie du Bengale, seraient balayés par une vague safran.

La seule question importante qui demeure est celle-ci : est-ce que le BJP de Narendra Modi obtiendra la majorité absolue à lui tout seul, comme dans la Chambre précédente, ou devra-t-il s’appuyer sur des alliés régionaux.

De cette composition peut dépendre sa politique envers les minorités religieuses. S’il peut gouvernement tout seul, la BJP a montré qu’il était prêt à renforcer sa politique de suprémacisme hindou.

Certains candidats ont par exemple qualifié l’islam indien de virus, alors que le Premier ministre s’est présenté comme le défenseur d’une nation hindouiste, qui doit se défendre contre les assauts du Pakistan musulman. Cette stratégie populiste de peur et de domination de la majorité semble avoir fonctionné et pourrait offrir au parti du BJP un deuxième mandat de 5 ans..