Un soldat du Front patriotique rwandais inspecte le site sur lequel s’est crashé l’avion du président rwandais, Juvénal Habyarimana, quelques jours plus tôt. Le 26 mai 1994.
© Getty/Scott Peterson
Par RFI Publié le 15-01-2020 Modifié le 15-01-2020 à 23:09

La justice française examinait ce 15 janvier un recours formé contre l’abandon des poursuites dans l’affaire de l’attentat contre l’avion du président Juvénal Habyarimana qui a marqué le début du génocide rwandais en avril 1994.
Une information judiciaire pour « assassinats et complicités en relation avec une entreprise terroriste » avait été ouverte en France en 1998, suite à une plainte déposée par des familles de l’équipage français de l’avion abattu début avril 1994,
avec à son bord le président rwandais Juvénal Habyarimana, et le président burundais Cyprien Ntaryamira.

Deux juges d’instruction antiterroristes français ont décidé de l’abandon des poursuites, il y a un peu plus d’un an, le 21 décembre 2018, « en l’absence d’éléments matériels indiscutables », selon les magistrats qui notaient aussi le caractère « largement contradictoire et non-vérifiable » des témoignages recueillis.

Avec ce recours examiné le 15 janvier, les familles espèrent au moins la réouverture des investigations. Les avocats des parties civiles voudraient notamment que la justice française obtienne un rapport secret du Tribunal pénal international pour le Rwanda datant de 2003. La chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris rendra sa décision à une date ultérieure.