GETTY IMAGES
Image caption
19 décembre 2019 BBC Afrique

Le président américain se dit confiant.
Le président américain Donald Trump a été mis en accusation mercredi soir lors d’un vote au Congrès.

Deux chefs d’accusation ont été retenus contre lui, « abus de pouvoir » et « entrave à la bonne marche du Congrès ».

La Chambre des représentants, dominée par les démocrates, s’est prononcée en faveur de la mise en accusation par 230 voix contre 197.

Le 45e président des Etats-Unis, qui entend briguer un deuxième mandat en novembre 2020, est également accusé d’entrave à la bonne marche du Congrès, en raison de son refus de participer à l’enquête concernant la procédure de destitution le visant.

Lire aussi : La Chambre américaine des représentants prête pour la destitution de Trump

Il appartiendra désormais au Sénat de juger Donald Trump, en janvier. Les républicains, qui contrôlent la chambre haute, ont la ferme intention d’acquitter leur président.

La décision est tombée au moment où Donald Trump était à la tribune d’un meeting de campagne à Battle Creek, dans le Michigan, à environ 1.000 km de Washington.

Il a immédiatement réagi, accusant la « gauche radicale » d’être  »rongée par l’envie et la haine »

Pour le président américain,  »cette destitution est partisane et contraire à la loi. Elle est une démarche suicidaire pour le parti démocrate ».

 »Par leurs actions dépravées d’aujourd’hui, les démocrates de la Chambre de Nancy Pelosi se sont marqués du sceau de la honte et c’est vraiment une disgrace » a poursuivi Donald Trump.

« C’est tragique, mais les actes irresponsables du président rendent sa mise en accusation nécessaire », a commenté Nancy Pelosi, la chef des démocrates au Congrès.

Les démocrates accusent le président américain d’avoir essayé de faire pression sur l’Ukraine pour diffamer son rival politique, le candidat démocrate à la présidence Joe Biden.

Ce vote, qui intervient à moins d’un an du scrutin présidentiel, est historique.

Seuls deux autres présidents, Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998 ont vécu une mise en accusation.

Le républicain Richard Nixon, empêtré dans le scandale du Watergate, avait préféré démissionner en 1974 avant d’être destitué.