Des manifestants jettent des pierres sur un véhicule de la police anti-émeute sur une route principale du district de Sonfonia à Conakry, en Guinée, le 14 octobre 2019, sur cette image fixe tirée d’une vidéo. Reuters TV / via REUTERS
octobre 21, 2020
AFP/VOA

Des heurts ont éclaté mercredi entre des jeunes supporters de l’opposant guinéen Cellou Dalien Diallo, qui s’est autoproclamé vainqueur de la présidentielle, et les forces de l’ordre dans plusieurs bastions de l’opposition dans la banlieue de Conakry.

Le président sortant Alpha Condé, qui brigue à 82 ans un troisième mandat controversé, a lancé sur les réseaux sociaux un nouvel « appel au calme et à la sérénité, en attendant l’issue du processus électoral en cours dans notre pays ».

La commission électorale nationale a annoncé mardi soir de premiers résultats du scrutin de dimanche portant sur quatre des 38 circonscriptions du pays, dont trois à Conakry et sa périphérie.

M. Condé l’emporte largement dans les quatre circonscriptions sur son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, et dépasse les 50% dès le premier tour dans trois d’entre elles, selon ces résultats, qui ne permettent pas « d’extrapoler » un résultat national, selon un responsable de la commission électorale.

Le camp de M. Diallo a accusé celui du chef de l’Etat de « tout mettre en oeuvre pour faire modifier les résultats sortis des urnes en sa faveur ».

« Bien sûr qu’il y aura un vainqueur, mais ce n’est pas pour autant que la démocratie sera menacée ou que la paix sociale devient impossible. Si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue et disponible à travailler avec tous les Guinéens », a assuré mercredi Alpha Condé sur Facebook, en se disant « conforté » par les premiers résultats publiés.

Dans la matinée, une épaisse fumée noire s’échappait de plusieurs carrefours de la route Le Prince, qui traverse les fiefs de l’opposition dans la banlieue de la capitale, où des barricades ont été placées sur la route et enflammées.

Dans l’un de ces quartiers populaires, Wanindara, les forces de l’ordre peinaient à contenir des dizaines de jeunes sortant des ruelles pour se rassembler sur la route principales, jetant des pierres sur les policiers qui répondaient à coups de gaz lacrymogène, de pierres et de frondes, selon la même source.

De nombreux témoins ont rapporté avoir entendu des tirs, mais aucun bilan officiel ou de source hospitalière n’était disponible dans l’immédiat.

Des coups de feu continuaient à être entendus dans le quartier de Hamdallaye Rond-Point en début d’après-midi, selon une habitante jointe par l’AFP.

Des heurts ont également éclaté mercredi à Mamou et Labé, dans le centre du pays, selon des sources sécuritaires et diplomatiques en Guinée.

Selon le parti de Cellou Dalein Diallo, les scènes de joie qui ont suivi sa déclaration de victoire lundi ont entraîné des violences qui ont fait quatre morts dans ses rangs.