Déclaration relative aux graves accusations visant Mohamed Moussa Dhaffane contenues dans les rapports mensongers et tendancieux de la FIDH et de Global Witness     – 29 juillet 2021 –                                                                                                                           
Le vif débat et les légitimes interrogations soulevés en Centrafrique et sur les réseaux sociaux après la diffusion de l’éditorial de la station Bangui FM du lundi 19 juillet 2021, ayant pour titre « Besoin de justice, obligation de vérité », sous la plume du ministre Adrien Poussou que je salue au passage le courage et l’expertise avérée, motive la présente déclaration aux fins de clarification et de préservation de l’honneur de ma personne ainsi que de celui de ma famille.
Sinon, ma conscience étant tranquille, j’avais pensé, finalement à tort, que le temps finira par venir à bout de ces mensonges jusqu’au jour où j’ai suivi l’analyse de Bangui FM, qui m’a brusquement interpellé.                                                       
Pour rappel, et afin que nul n’en ignore, le 17 juillet 2013, la Fédération internationale des ligues de droit de l’homme (FIDH) a publié un rapport intitulé « République centrafricaine : un pays aux mains des criminels de guerre de la Séléka » qui comporte des allégations fantaisistes et gravement accusatoires sur ma modeste personne.
Et en juillet 2015, ce fut autour de Global Witness de procéder à la publication d’un autre rapport nommé « Bois de Sang, comment l’Europe a aidé à financer la guerre en République centrafricaine ». Ce rapport met directement en cause ma personne au moyen d’imputations erronées, de mensonges éhontés et d’une série de contrevérités qui sont tout simplement inacceptables et indéfendables scientifiquement, moralement et intellectuellement pour ce qui me concerne exclusivement.                                                                                                                                                                                        
Les méthodes non convenables mais surtout répréhensibles utilisées par ces organisations n’ont pas manqué de me heurter au plus haut point. Car souvent, malheureusement, la majeure partie des rapports de ces organisations est basée sur des compte-rendu partiaux, partiels et parcellaires, venant généralement d’informateurs locaux dont la neutralité est sujette à caution parce que soumis à des influences politiques, ethniques ou religieuses voire claniques.                  
I – Du rapport de la FIDH
Estimant dans un premier temps que les propos rapportés par la FIDH, d’une de ses sources présentées comme un témoin oculaire du drame qui a eu lieu au quartier Gobongo (8e arrondissement), le 28 juin 2013, étaient tellement grossiers que le bon sens ainsi que la vérité des faits permettraient aux uns et aux autres de se rendre compte du mensonge. Surtout, je me disais que personne n’est assez naïf pour accorder foi à une telle construction incohérente. Puisque, logiquement, je ne peux pas lutter pour et contre une même pratique à la fois, tout comme je ne peux guère être dans deux endroits différents au même moment, à moins d’être un extraterrestre.                                                                        
C’est ainsi que j’avais, très tôt en 2014, chargé mon avocat centrafricain, Maître Mathias Morouba, président de l’Observatoire centrafricain des droits de l’homme (OCDH) affilié à la FIDH, de saisir cette organisation en vue de rétablir la vérité, mais aussi de laver mon honneur, de défendre mon intégrité morale et ma réputation, qui ont subi une grave atteinte du fait de ces accusations sans fondement. Ce qui a été fait. Car, j’avais personnellement servi de garçon de course en remettant moi-même le courrier rédigé par Maître Morouba à Maître Moussa Véckéto pour envoi à la FIDH.
Puis, lorsque ce rapport m’a été rappelé en 2019 et 2020, j’ai fini par bien me douter que le dessein recherché était de me nuire, j’ai vite adressé un courrier au directeur exécutif de la FIDH pour demander une rectification de ces imputations fallacieuses. D’autant que des compatriotes, à la recherche d’une vie meilleure sous d’autres cieux, n’ont pas manqué d’impliquer mon nom dans leurs récits imaginaires afin de pouvoir bénéficier de la protection de certains pays occidentaux. Là encore, c’est une autre bataille que je vais devoir ouvrir afin que lumière soit faite pour que les mensonges soient démontés.                                                                                                                                                                              
Malheureusement, à ce jour, près de dix ans après les faits, et malgré mon courrier et mes plusieurs appels téléphoniques, la FIDH, qui reconnaît d’ailleurs ne pas être en mesure de confirmer ma présence sur les lieux de cette tuerie, tarde à modifier les parties de son rapport écrites à charge et sans prudence contre moi. Alors qu’elle a la double obligation morale et intellectuelle de s’en tenir aux faits, elle ne pouvait pas ignorer – puisque ses chercheurs étaient à Bangui en ce moment-là – que j’avais été mis aux arrêts le 29 juin 2013, c’est-à-dire dès le lendemain de ces événements malheureux pour les avoir dénoncés publiquement et ouvertement au micro de Radio France internationale (RFI) mais aussi et surtout dans mon entourage immédiat.                                                                                                                                  Il n’est donc ni sérieux ni responsable de la part d’une organisation à la réputation et l’audience établies depuis fort longtemps comme la FIDH de se faire l’écho des rumeurs dont on devine aisément le dessein et se refuse de réparer le mal causé au citoyen que je suis.                                                                                                                                                              
Aujourd’hui, personne n’est dupe. Tout le monde sait que la crise actuelle que traverse notre pays, la République centrafricaine, tire ses origines des nombreuses frustrations et des injustices infligées à une partie des citoyens. Chaque conscience devra se préparer à répondre devant l’Histoire et devant Dieu des conséquences de cette situation. Je suis prêt à assumer ma part de responsabilité, collective ou individuelle, dans ce qui s’est passé, mais je refuse catégoriquement et vigoureusement d’être la victime expiatoire des errements des acteurs politiques centrafricains et même étrangers.                                                                                                                                                                                          
II – S’agissant de Global Witness
Cette organisation, dont j’ignorais l’existence même, a allégué dans son rapport qu’en tant que Ministre d’État, ministre des Eaux et Forêts, je serais allé sur le terrain auprès des sociétés forestières en provinces. Alors que je n’ai jamais mis les pieds sur les installations d’une société forestière. Jamais.
Aussi, Global Witness, sans réelles investigations, m’a attribué, abusivement, une concession forestière que j’aurais acquise, selon elle, pour mon propre compte dans le sud de la République Centrafricaine. Pareilles allégations, étant en tous points, inexactes et mensongères, j’ai invité ses responsables à faire preuve de rigueur, de sérieux, de discernement, de circonspection et de prudence dans l’élaboration de leurs rapports. Car en vérité, je ne possède aucune concession forestière, et Global Witness ne pourra pas apporter un début de preuve de ces affirmations, ne fût-ce qu’en indiquant exactement l’emplacement d’une telle concession ou en brandissant les documents d’acquisition.
Par ailleurs, elle a soutenu que j’aurais supervisé un troc avec le Tchad ; que j’aurais fait saisir du bois que j’aurais vendu dans ce même pays voisin, non sans avoir pillé le ministère des Forêts et de l’Environnement. Là encore, il s’agit d’un mensonge grossier et d’une aberration insoutenable. Car contrairement à ces légendes urbaines, j’avais ordonné une opération contre les coupes artisanales de bois, ce en présence de la presse, notamment la Radio nationale et la radio Ndeke-Luka.                                                                                                                                                                                                      
Après cette opération, qui a permis le saisi du bois et la fermeture temporaire des ateliers de coupes, j’avais réuni les principaux concernés au ministère pour leur restituer leurs produits devant la presse et les fonctionnaires du ministère, non sans les prévenir que l’on faisait là de la pédagogie avant de sévir en cas de récidive. Tous m’avaient remercié pour ce geste. Une vendeuse de bois, ce jour-là, devant l’assistance, est allée plus loin en disant que je faisais là ce qu’aucun autre ministre n’avait fait avant moi. La presse locale en fit un large écho. Et dans la foulée, j’avais signé et publié un arrêté ministériel pour recadrer les procédures d’octroi de permis artisanaux. Affirmer le contraire, c’est faire preuve de mauvaise foi et de malhonnêteté diabolique.                                                                                                                                           
Là aussi, ce rapport m’ayant été brandi comme étant une preuve de culpabilité – j’en avais perdu mon latin – je n’ai pas manqué d’élever un démenti formel contre les graves accusations de Global Witness et l’ai enjoint de fournir les preuves matérielles au soutien de ses digressions ou de les rectifier immédiatement. Jusque-là je n’ai pas eu de retour positif de la part de ses responsables. Leur seul argument est que près de six ans se sont déjà écoulés. C’est grotesque ! Comme si le nombre d’années pouvait effacer les fautes.
En conséquence, ces rapports de la FIDH et de Global Witness constituent un véritable plomb dans mes ailes et ont obstrué pour moi les voix et moyens d’un nouvel élan depuis ma libération en janvier 2014. J’ai donc l’incontournable contrainte de faire rétablir la vérité.
C’est pourquoi, je le dis et le redis : je ne suis pas un criminel. Je n’ai ni tué ni violé ni incarcéré ni pillé ni détourné les biens de mon ministère, et je n’ai pas non plus ordonné ou soutenu une seule de toutes ses abominations. Je n’ai couvert aucun crime et ne suis complice d’aucun.
Dans ces conditions, comment ne pas rappeler cette belle parole de Montesquieu : « Le plus grand mal que fait un ministre sans probité, n’est pas de desservir son prince ou de ruiner son peuple. Il est un mal mille fois plus dangereux : c’est le mauvais exemple qu’il donne. »                                                                                                                                                      
Pour ce qui me concerne, j’ai donné à voir qu’on peut beau avoir des ambitions et des avantages du pouvoir, mais demeurer fidèle aux valeurs fondamentales de l’humanité que sont le respect de la vie humaine et le refus d’infliger gratuitement le mal à autrui. Dans ces conditions, j’aurais dû logiquement m’attendre à des lauriers pour les actes de bravoures et de courage confinant parfois à la témérité, qui ont permis de sauver de nombreuses vies et des biens, au lieu de faire l’objet d’une campagne de diffamation et de dénigrement.
Avec un tel déroulement, je vois mal comment à l’avenir, un responsable gouvernemental encore en fonction puisse avoir le courage de dénoncer les dérives de son propre camp si, ensuite, des rapports tendancieux, comme dans mon cas présent, vont véhiculer tous les mensonges que les détracteurs malins pourront leur fournir.
Enfin, je tiens à préciser que je me réserve le droit de saisir les instances judiciaires pour laver mon honneur et obtenir toute la réparation prévue par la loi pour les préjudices causés depuis ces années de grandes souffrances morales, physiques et financières.                                                                                                                                                                                       
Je vous remercie