Des militaires ivoiriens à Bouaké, le 13 janvier 2017 (photo d’illustration). Sia KAMBOU / AFP
Texte par : RFI
Publié le : 11/06/2020 – 14:06 Modifié le : 11/06/2020 – 15:26

C’est une première dans le pays depuis l’attentat de Grand-Bassam en 2016. Une base de l’armée ivoirienne, située près de la frontière avec le Burkina Faso, a été la cible d’une attaque, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Selon le bilan provisoire fourni par l’état-major, on compte « une dizaine de morts, six blessés et un assaillant neutralisé ». « Les enquêtes sont en cours pour déterminer la nature, les circonstances et le bilan définitif de cette attaque », indique le communiqué. « Des mesures urgentes ont été prises dans la zone, notamment la mise en alerte de toutes les troupes ainsi que le ratissage en vue de retrouver les assaillants », ajoute –t-il. L’état=major se refuse donc pour le moment de confirmer le caractère dihadiste de l’opération.

C’est un poste mixte de l’armée et gendarmerie qui a donc été attaqué cette nuit à Kafolo. Cette localité est située sur la frontière burkinabè, sur les rives du fleuve Comoé, à l’entrée du Parc national du même nom. C’est dans cette zone que se déroule depuis le mois dernier une opération conjointe ivoiro-burkinabè antijihadiste sur les deux territoires. Il y a quinze jours, les deux armées avaient d’ailleurs indiqué avoir détruit une base jihadiste, à Alidougou coté burkinabé, tué huit combattants et en avoir capturé une quarantaine.

Selon le chercheur Lassina Diara, depuis deux ans, une cellule jihadiste appartenant à la katiba malienne du Macina d’Amadou Koufa chercherait à s’implanter dans cette zone située aux confins du Mali, du Burkina et de la Côte d’Ivoire. Cette cellule serait conduite par un certain Sidibé Abdoul Rasmané, alias Abdramani.

Difficile donc de ne pas voir dans l’attaque de cette nuit une réponse jihadiste à l’opération conjointe de la fin mai. Si le bilan se confirme, il s’agirait de la pire attaque jihadiste depuis celle de la station balnéaire de Grand-Bassam en 2016, qui avait fait 22 morts.