OXFORD UNIVERSITY
Image caption
Une femme se fait vacciner.
James Gallagher, Correspondant santé et science
20 juillet 2020 BBC AFRIQUE

Un vaccin contre les coronavirus développé par l’université d’Oxford semble sûr et déclenche une réponse immunitaire.

Des essais impliquant 1 077 personnes ont montré que l’injection a conduit à la fabrication d’anticorps et de lymphocytes T capables de combattre le coronavirus.

Les résultats sont très prometteurs, mais il est encore trop tôt pour savoir si cela suffit à offrir une protection et des essais de plus grande envergure sont en cours.

Le Royaume-Uni a déjà commandé 100 millions de doses du vaccin.

Comment le vaccin fonctionne-t-il ?
Le vaccin – appelé ChAdOx1 nCoV-19 – a été développé à une vitesse sans précédent. Il est fabriqué à partir d’un virus génétiquement modifié qui provoque le rhume chez les chimpanzés.Il a été fortement modifié, d’une part pour qu’il ne puisse pas provoquer d’infections chez l’homme et, d’autre part, pour qu’il « ressemble » davantage à un coronavirus. Pour ce faire, les scientifiques ont transféré les instructions génétiques de la « protéine de pointe » du coronavirus – l’outil crucial qu’il utilise pour envahir nos cellules – au vaccin qu’ils étaient en train de développer. Cela signifie que le vaccin ressemble au coronavirus et que le système immunitaire peut apprendre à l’attaquer.

Que sont les anticorps et les lymphocytes T ?

Jusqu’à présent, l’accent a été mis sur les anticorps, mais ceux-ci ne constituent qu’une partie de notre défense immunitaire.Les anticorps sont de petites protéines fabriquées par le système immunitaire qui se fixent à la surface des virus.

Les anticorps neutralisants peuvent désactiver le coronavirus. Les lymphocytes T, un type de globules blancs, aident à coordonner le système immunitaire et sont capables de repérer les cellules du corps qui ont été infectées et de les détruire.Presque tous les vaccins efficaces induisent à la fois une réponse des anticorps et des lymphocytes T.

Les niveaux de lymphocytes T ont atteint un pic 14 jours après la vaccination et les niveaux d’anticorps ont atteint un pic après 28 jours. L’étude n’a pas duré assez longtemps pour comprendre combien de temps ils peuvent survivre, selon le Lancet.

Le professeur Andrew Pollard, du groupe de recherche d’Oxford, a déclaré à la BBC : « Nous sommes très satisfaits des résultats publiés aujourd’hui, car nous constatons à la fois des anticorps neutralisants et des lymphocytes T.

« Cela est extrêmement prometteurs et nous pensons que c’est le type de réponse qui peut être associé à la protection. Mais la question clé que tout le monde veut savoir est de savoir si le vaccin fonctionne, s’il offre une protection… et nous devons encore attendre pour en être sûrs. »

L’étude a montré que 90 % des gens développaient des anticorps neutralisants après une dose de vaccin. Seules dix personnes ont reçu deux doses et toutes ont produit des anticorps neutralisants.

« Nous ne connaissons pas le niveau de protection nécessaire, mais nous pouvons maximiser les réponses avec une seconde dose », a déclaré le professeur Pollard à la BBC.

Est-ce sûr ?
Oui, mais il y a des effets secondaires.

La prise du vaccin n’a eu aucun effet secondaire dangereux, mais 70 % des personnes participant à l’essai ont eu de la fièvre ou des maux de tête.

Les chercheurs disent que cela pourrait être géré avec du paracétamol.

Le professeur Sarah Gilbert, de l’université d’Oxford, au Royaume-Uni, déclare : « Il reste beaucoup de travail à faire avant de pouvoir confirmer si notre vaccin aidera à gérer la pandémie de Covid-19, mais ces premiers résultats sont prometteurs ».

Quelles sont les prochaines étapes pour les essais ?

Les résultats obtenus jusqu’à présent sont prometteurs, mais leur principal objectif est de garantir que le vaccin est suffisamment sûr pour être administré aux gens.

L’étude ne peut pas montrer si le vaccin peut empêcher les gens de tomber malades ou même atténuer les symptômes de Covid-19.

Plus de 10 000 personnes participeront à la prochaine étape des essais au Royaume-Uni.

Cependant, l’essai a également été étendu à d’autres pays car les niveaux de coronavirus sont faibles au Royaume-Uni, ce qui rend difficile le fait de savoir si le vaccin est efficace.

Un vaste essai sera réalisé sur 30 000 personnes aux États-Unis, 2 000 en Afrique du Sud et 5 000 au Brésil.

Des appels ont également été lancés en faveur de la réalisation d' »études d’infection expérimentales » dans lesquels les personnes vaccinées sont délibérément infectées par le coronavirus. Cependant, le manque de traitements suscite des préoccupations d’ordre éthique.

Quand vais-je recevoir un vaccin ?
Il est possible qu’un vaccin contre les coronavirus s’avère efficace avant la fin de l’année, mais il ne sera pas largement disponible.

Les travailleurs de santé seront prioritaires, de même que les personnes considérées à haut risque de contracter le Covid-19 en raison de leur âge ou de leur état de santé.

Toutefois, la vaccination à grande échelle aura probablement lieu, au plus tôt, l’année prochaine, si tout se passe comme prévu.

Boris Johnson a déclaré : « Je suis évidemment plein d’espoir, je croise les doigts, mais dire que je suis sûr à 100% que nous aurons un vaccin cette année, voire l’année prochaine, n’est hélas qu’une exagération. Nous n’en sommes pas encore là. »

Quels sont les progrès réalisés avec les autres vaccins ?
Le vaccin développé par Oxford n’est pas le premier à atteindre ce stade, des groupes aux États-Unis et en Chine ayant également publié des résultats similaires.

La société américaine Moderna a été la première et son vaccin peut produire des anticorps neutralisants. Ils injectent de l’ARN de coronavirus (son code génétique), qui commence alors à fabriquer des protéines virales afin de déclencher une réponse immunitaire.

Les sociétés BioNtech et Pfizer ont également obtenu des résultats positifs grâce à leur vaccin à ARN.

Une technique similaire à celle d’Oxford, développée en Chine, semble également prometteuse.

Cependant, toutes ces approches se situent à la frontière absolue de la science et leur efficacité n’a jamais été prouvée auparavant.

Des méthodes plus traditionnelles de développement de vaccins sont également à l’étude. La société Valneva prend le coronavirus entier, l’inactive et l’injecte ensuite.

Au total, 23 vaccins contre le coronavirus sont en cours d’essais cliniques dans le monde entier et 140 autres sont en phase de développement précoce.

Le Royaume-Uni aura-t-il un vaccin contre le coronavirus ?
Le gouvernement britannique a conclu des accords portant sur 190 millions de doses de différents vaccins.

Cela comprend :

100 millions de doses du vaccin d’Oxford, fabriqué à partir d’un virus génétiquement modifié
30 millions de doses du vaccin BioNtech/Pfizer, qui injecte une partie du code génétique du coronavirus
60 millions de doses du coronavirus inactivé Valneva
Ils ont été payés, même si l’on ne sait pas exactement lequel de ces vaccins, le cas échéant, pourrait s’avérer efficace pour immuniser une nation de 66 millions d’habitants.

Kate Bingham, présidente du groupe de travail britannique sur les vaccins, a déclaré à la BBC : « Ce que nous faisons, c’est identifier les vaccins les plus prometteurs parmi les différentes catégories ou les différents types de vaccins, afin de nous assurer que nous disposons bien d’un vaccin au cas où l’un d’entre eux s’avérerait à la fois sûr et efficace ».

« Il est peu probable qu’il y ait un seul vaccin pour tout le monde. Nous pourrions bien avoir besoin de différents vaccins pour différents groupes de personnes », a-t-elle ajouté.