Des camions de marchandises en provenance de la Centrafrique entrent au Cameroun par le poste frontière Garoua-Boulai. (Photo d’illustration). AFP PHOTO / REINNIER KAZE
Texte par : RFI
Publié le : 09/05/2020 – 00:51

Le trafic de marchandises a repris le long de la route qui relie le Cameroun à la Centrafrique. La semaine dernière, les chauffeurs routiers camerounais avaient cessé le travail, après que plusieurs d’entre eux, atteints du Covid-19 avaient été dépistés et pris en charge à l’entrée de Bangui par les autorités centrafricaines. Ce qui avait créé une panique. Les routiers réclamaient notamment d’être testés dès la frontière, et que leurs collègues pris en charge à Bangui soient rapatriés. Ils ont en partie obtenu gain de cause.

C’est un soulagement pour les autorités des deux pays tant le corridor Douala-Bangui est stratégique pour l’approvisionnement notamment de la capitale centrafricaine. Il reste encore quelques réfractaires, mais ils sont peu nombreux.

Depuis qu’un système de dépistage dès le poste-frontière de Beloko a été mis en place, la majorité des 150 camions immobilisés à cette frontière ont repris la route, selon Oumarou Sahado, président du principal syndicat des chauffeurs routiers camerounais. « La majorité a accepté de se faire dépister, il y a donc une minorité qui est encore là à attendre. Les autorités nous ont bien avertis : ‘’si tu veux travailler, il faut respecter le règlement des autres pays’’ », explique-t-il..

90% des nouveaux cas de coronavirus viennent du Cameroun

Les échantillons de tests prélevés à la frontière sont acheminés à Bangui par avion. Il faut compter 48h pour les résultats. Le HCR a mis à disposition un espace pour isoler les cas suspects. A terme, le ministre centrafricain de la Santé, Pierre Somse, prévoit à la construction d’un centre qui devrait permettre de soigner certains les malades sur place. En attendant, les chauffeurs testés positifs continuent d’être transférés à Bangui et non rapatriés chez eux comme ils le réclamaient. Mais leur représentant syndical se dit « désormais rassuré » sur les conditions de leur prise en charge dans la capitale.

Bangui est particulièrement attentive sur ce dispositif. Les trois quarts des nouveaux cas confirmés dans le pays sont des cas importés, et parmi eux, selon le ministre, 90% viennent du Cameroun.