GETTY IMAGES
Image caption
La chloroquine et ses dérivés ont été utilisés contre la malaria.
29 mai 2020 BBC AFRIQUE

Le Sénégal va continuer à traiter les patients COVID-19 avec de l’hydroxychloroquine, a déclaré mercredi un haut responsable de la santé, malgré une étude récente indiquant que le médicament antipaludéen est inefficace et potentiellement nocif.

Les autorités de cet État d’Afrique de l’Ouest ont choisi d’administrer le médicament aux patients consentants dès le début de l’épidémie de coronavirus. Le coordonnateur de la prise en charge des malades du coronavirus au Sénégal mettait encore en avant il y a peu des résultats cliniques prometteurs.

Le Docteur Marie Khemesse Ngom Ndiaye, directrice de la Santé, a déclaré à la BBC : « à ce que je sache, l’OMS n’a pas interdit l’utilisation de la chloroquine, elle a suspendu de façon temporaire une étude appelée Solidarity ».

Cet essai clinique international lancé par l’Organisation mondiale de la Santé et ses partenaires a pour but de comparer l’efficacité relative de quatre traitements contre la Covid-19, dont l’hydroxychloroquine.

Mais après la publication vendredi dernier par la revue médicale The Lancet d’une étude sur les effets de ‎l’hydroxychloroquine et de la chloroquine sur les patients hospitalisés atteints de ‎Covid-19, concluant que le taux de mortalité était plus ‎élevé parmi les patients qui reçoivent ces ‎médicaments, le groupe exécutif de l’essai Solidarity, a décidé de suspendre ‎temporairement l’étude de ‎l’hydroxychloroquine dans le cadre de ‎l’essai Solidarity. ‎L’étude des autres traitements ‎se poursuit.

« L’OMS n’a pas dit aux pays arrêtez la chloroquine. L’utilisation de la chloroquine est bien encadré au Sénégal, [elle intervient] dans des cas spécifiques. Nous continuons nos essais et à l’évaluation, nous saurons comment continuer », a ajouté le Docteur Marie Khemesse Ngom Ndiaye.

A ce jour, le Sénégal dénombre 39 décès et 1622 patients sous traitement.

Le Sénégal a par ailleurs décidé de maintenir la fermeture de ses frontières terrestres et aériennes jusqu’au 30 juin prochain.