Le débat fait toujours rage sur le port du masque en Arizona alors que le nombre de cas grimpe en flèche. AP Photo/Matt York
Texte par : Eric de Salve
Publié le : 16/07/2020 – 12:11

Alors que l’épidémie est toujours hors de contrôle, certains gouverneurs comme celui de Californie imposent le port du masque mais beaucoup d’autres s’y refusent comme en Arizona où le débat clive.

De notre envoyé spécial en Arizona,

L’Arizona est devenu l’un des principaux points noirs de l’épidémie depuis le début du mois de juin. Les contaminations explosent et les hôpitaux sont à flux tendus. Tous les compteurs y sont au rouge. 25 % des tests sont positifs et à Phoenix un habitant sur 50 a été contaminé, soit le taux de contamination par habitant le plus élevé des États-Unis.

Murtaza Akhtar, médecin urgentiste, se dit épuisé et en colère. Il demande à ce que le gouverneur, un fidèle de Donald Trump, rende obligatoire le port du masque : « Il faut porter le masque ! Et cela devrait faire l’objet d’un consensus politique qu’on soit démocrate ou républicain, président, gouverneur ou maire, s’exclame le médecin. On est le seul pays au monde à avoir un débat là-dessus ! »

Pour lui, personne n’est immunisé : « J’ai des athlètes professionnels qui sont malades ici ! Des joueurs de basket, des joueurs de hockey… Si des gens comme eux peuvent tomber malades et mourir je ne comprends pas comment des gens peuvent se croire immunisés ! Mon travail, c’est de sauver des vies. Quand je vois des gens qui prennent ça à la légère et mettent d’autre vies en danger, oui ce me met en colère ! »

Des opposants aux masques déterminés

Mais le problème, c’est que Donald Trump et ses partisans ont fait du port du masque un enjeu politique. Et pour s’en rendre compte il faut écouter le shérif Lamp, chef de la police de Florence, une petite ville proche de Phoenix. Lui aussi fidèle de Donald Trump, il a fait la une des médias américains en avril parce qu’il refusait de faire respecter le confinement. Il a également fait campagne contre le port du masque jusqu’à ce qu’il tombe lui-même malade du Covid-19. Et pourtant sa position sur le masque reste la même. « Non, je ne change pas de position, je ne porte toujours pas de masque et je continue de penser que ce n’est pas au gouvernement de nous dire de porter un masque. Si vous voulez porter un masque, portez-le ! Tout ça, c’est politique. En fait, ils sont en train de tester ce que les Américains sont prêts à accepter sous couvert de protéger la santé. »

Dans cet État, le port le masque fait donc toujours l’objet d’un bras de fer politique alors que la maire démocrate de Phoenix demande de le rendre obligatoire, mais le gouverneur républicain refuse de l’imposer.