©Renaissance
Rencontre du Président centrafricain Faustin Archange Touadera avec les leaders religieux sur les mesures contre le Covid-19, Bangui le 24 mars 2020
mercredi 25 mars 2020 14:05 RADIO NDEKE LUKA

Le nombre des personnes déclarées positives au coronavirus augmente en Centrafrique. Avec 5 cas officiellement déclarés, dans le pays, les stratégies de prévention se mettent en place. Le gouvernement, les leaders politiques et religieux multiplient les appels à la prévention et les mesures s’organisent dans les secteurs considérés comme foyers à risque.

Depuis la découverte du premier cas de coronavirus le 14 mars 2020 à Bangui, la réaction du gouvernement ne s’est pas fait attendre. Renforcement du dispositif de contrôle à l’aéroport Bangui Mpoko, l’installation des kits d’hygiène dans les services publics et privés. Ces mesures sont renforcées au fil de temps avec la déclaration d’autres cas importés testés positifs au Covid 19. Fermeture des débits de boisson, interdiction formelle de regroupements de plus 50 personnes, suspension de toutes les activités sportives.

Si l’unanimité se dégage autour des dispositifs pris par le gouvernement, des voix s’élèvent pour demander davantage des pouvoirs publics le confinement dans les secteurs clés jusque-là, considérés comme foyers à risque (Lieux de culte, écoles, universités et la régulation du transport en commun). L’ordre des pharmaciens exige du gouvernement la fermeture des écoles et des lieux de culte, avis partagé par des leaders d’opinion.

L’Imam Oumar Kobine Layama n’est pas distant des précautions nécessaires et appelle lui au respect de l’hygiène pour prévenir la propagation du virus. Pour atteindre un niveau performant de la prévention, la commune de Bangui a par une note, annulé les célébrations de mariages et le ministère des finances, lui de faire des restrictions dans les banques en conformité avec les exigences du ministère de la santé.

Les médecins militaires sont mobilisés par Marie Noëlle Koyara, ministre de la Défense et préparés à soutenir les hôpitaux en cas d’un éventuel débordement. Cependant, ce renforcement du dispositif se heurte encore aux habitudes par exemple, la mobilisation des parents, amis et connaissances lors des funérailles, l’inobservation des règles élémentaires d’hygiène et l’insuffisance des appareils respirateurs dans les hôpitaux.