©Image d’illustration
Casques bleus rwandais transportant la dépouille d’un des leurs abattu par son compagnon d’armes, le 10 août 2015
mercredi 15 juillet 2020 08:43 RADIO NDEKE LUKA

Un casque bleu de la Minusca a été tué et deux autres grièvement blessés dans une embuscade tendue ce 13 juillet 2020 par des hommes armés de 3R. L’attaque a eu lieu dans la localité de Besson dans la Nana Mambéré. Un acte condamné par l’Onu qui annonce par ailleurs, le maintien de l’opération militaire en cours contre le groupe armé 3R.

L’attaque contre le contingent rwandais intervient dans un contexte de campagne militaire engagée depuis la mi-juin 2020 contre le mouvement 3R du mercenaire Camerounais Sidiki Abbas. L’attaque est survenue dans la localité de Besson, non loin de la frontière avec le Cameroun.

« Alors qu’il progressaient vers Besson, sur un terrain parsemé de mines, dans le cadre de l’opération A LA LONDO, les casques bleus rwandais ont été traitreusement pris à partie aujourd’hui par des éléments présumés du groupe armé Retour, Réclamation et Réhabilitation (3R) retranchés aux abords de la piste », a indiqué la Minusca dans un communiqué.

Dans cette même localité, trois (3) soldats des Forces armées centrafricaines ont perdu la vie dans une attaque similaire attribuée aux éléments de 3R le 21 juin 2020.

Cette nouvelle attaque et cette fois-ci contre les forces de l’Onu exaspère à un haut niveau. « Je présente mes condoléances à la famille du disparu ainsi qu’au peuple rwandais et j’affirme que notre mission dans le nord-ouest de la RCA se poursuivra. Ceux qui ont commis cet acte ignoble seront recherchés, arrêtés et traduits devant la justice » a affirmé Mankeur Ndiaye, chef de la Minusca et représentant du secrétaire général de l’Onu en Centrafrique. Pour la Minusca, « …cette attaque pourrait constituer un crime de guerre. »

Depuis la fin du mois de juin 2020, les soldats rwandais de la Minusca sont déployés en renforts aux casques bleus et Faca engagés dans l’opération A LA LONDO contre le mouvement 3R. Les attaques répétées du groupe 3R, fragilise l’accès à l’aide humanitaire et les voix se lèvent pour soutenir l’offensive menée par les forces conjointes.

Le 3R est un groupe armé majoritairement Peul créé fin 2015 au lendemain des pires moments de la crise militaro-politique, éclatée en décembre 2012 en Centrafrique. Il est dirigé par Sidi Bi Soulemane alias Sidiki Abbas, un chef de guerre Camerounais, recherché dans son pays pour terrorisme. Le 6 février 2019, le 3R a signé avec 13 autres groupes armés, un accord politique pour la paix avec le pouvoir de Bangui. Depuis lors, ses représentants siègent au gouvernement et son chef Sidiki Abbas est nommé Conseiller Spécial du Premier ministre Firmin Ngrebada.

Le retour dans le maquis du patron de 3R le 13 mai 2020 et l’attaque de la base des Unités Spéciales Mixtes de Sécurité (USMS) de Bouar le 9 juin par ses éléments, ont provoqué le déclenchement d’une vaste opération militaire conjointe Minusca-Faca contre ce groupe armé, présent dans plusieurs régions de l’ouest et du nord-ouest centrafricain.