Bangui, 24 mai (ACAP)- Une trentaine d’éléments des forces armées centrafricaines (FACA) ont reçu, vendredi 24 mai 2019 au centre de formation professionnelle et de reconversion (CFPR) du camp Kassaï à Bangui, leur parchemin en armement et gestion de stocks de munitions pour les uns, exploitation et maintenance des installations pour les autres.

L’objectif de cette formation technique, entièrement dispensée par des instructeurs américains pendant près de trois mois, est de développer l’ aptitude des uns à effectuer des réparations d’armes légères, de mortiers et d’armes de précision, et pour d’autres à mener des opérations d’entretien d’un point d’approvisionnement en carburant, l’entretien des véhicules, des équipements, etc.

La cérémonie est placée sous l’égide du ministre de la Défense nationale, Marie-Noëlle Koyara, assistée de l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique, Lyne Tamlyn, du Général de brigade Victor Yacoub, chef d’état-major adjoint des armées, du Colonel Alfred Service, Sous-chef d’état-major des armées chargé de la planification.

La ministre de la Défense nationale et de la Reconstruction de l’armée, Marie-Noëlle Koyara, a témoigné sa gratitude envers les Etats-Unis d’Amérique(USA) qui ne cessent de déployer des efforts pour la formation des FACA.

Selon elle, le partenariat entre les USA et la République centrafricaine date d’une époque très lointaine, et que celle-ci demande à être renforcée.

L’Ambassadrice des près Etats-Unis, Lyne Tamlyn, a quant à elle indiquée que cette assistance se justifie par le désir de voir les forces armées centrafricaines (FACA) devenir une armée performante, c’est pourquoi les USA mettent plus d’accent sur la formation en logistique.

« On peut avoir une armée bien formée, mais sans la logistique, elle ne pourra pas réussir ses missions. Nous allons donc continuer à assister les FACA dans ce domaine et cela va être une formation continue. Je veux aussi saluer l’effort des stagiaires qui ont été assidus lors de cette formation », a-t-elle fait savoir.

Selon la diplomate américaine, le coût global de cette formation s’élève à huit millions de dollars américains.

Rappelons que début avril dernier, l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique en République Centrafricaine avait présidé dans ce même centre la cérémonie de fin de formation en menuiserie, électricité, mécanique et soudure, formations entièrement financées par le département d’Etat américain.

Vendredi 24 Mai 2019
Franck Gonide / ACAP