Vue satellite du site de raffinage de la Sonara à Limbe.
© Google Maps
Par RFI Publié le 01-06-2019 Modifié le 02-06-2019 à 00:12

Au Cameroun, un incendie spectaculaire s’est déclaré dans la nuit de vendredi à ce samedi 1er juin, sur un site pétrolier à Limbe, dans le sud-ouest du Cameroun, en zone anglophone. Ce sont des installations exploitées par la Société nationale de raffinage de pétrole (Sonara) qui sont touchées. On ignore pour le moment l’origine de cet incendie.
L’incendie s’est déclaré aux alentours de 21h30, selon une note diffusée par la direction générale de la société, ce samedi matin, en direction de ses partenaires. La Société nationale de raffinage (Sonara) annonce également un arrêt de production de toutes ses unités pour une période indéterminée évoquant un cas de force majeure.

Des témoins sur place disent avoir entendu une énorme explosion suivie d’un incendie que les pompiers ont mis quasiment toute la nuit à contenir. D’après une source au ministère de la défense, l’incendie a été occasionné par l’explosion de deux cuves de produits inflammables. Elle a été entendue à plus de trente kilomètres à la ronde selon des témoins, suivie instantanément par des langues de flammes de plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

Une partie des installations de la Sonara s’est ainsi littéralement embrasée et consumée, en dépit de l’intervention prompte des sapeurs pompiers, dont certains venus de Douala en renfort. Il aura fallu plusieurs heures aux soldats du feu pour contenir les flammes et limiter au possible les dégâts.

Les populations riveraines ont même dû être évacuées en raison des émanations toxiques qui flottaient dans l’air sur plusieurs kilomètres, depuis le lieu de l’incendie, ont renseigné d’autres sources.

Dans un communiqué du gouvernement diffusé samedi, la thèse accidentelle est privilégiée pour expliquer la cause de l’incendie. Pour leur part, des activistes séparatistes se sont empressés de revendiquer le forfait sur les réseaux sociaux.

Le ministre des Mines est parti de Yaoundé nuitamment pour Limbe, afin de procéder, ce samedi, aux premières constatations. La raffinerie de Limbe est la seule du pays. Elle représente un mastodonte dans l’économie nationale. Depuis le déclenchement de la crise anglophone, le dispositif de sécurité tout autour a été renforcé, mais rien pour l’heure ne permet de conclure que l’incendie de cette nuit procède d’un acte de sabotage ou pas.

« Tout indique pour l’instant qu’il s’agit d’une cause accidentelle… »
René Emmanuel Sadi, porte-parole du gouvernement.