Le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney à Cork le 9 février 2020. REUTERS/Henry Nicholls
Texte par : RFI
Publié le : 29/05/2020 – 22:29

En Irlande, le Conseil des ministres a remis sur la table ce vendredi 29 mai un vieux dossier : le Brexit. Le Royaume-Uni est le principal partenaire commercial de la petite île. Or, les négociations commerciales sont sur le point de s’achever, fin juin, et Londres a déjà prévenu qu’il n’y aurait pas de délai cette fois. Le gouvernement irlandais se prépare donc à un « no deal ».

Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

Pour le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney, il faut se préparer à ce que les négociations commerciales entre l’Union européenne et le Royaume-Uni n’avancent guère davantage d’ici la fin juin.

A la sortie du Conseil des ministres, le chef du gouvernement Leo Varadkar a suivi son conseil : l’exécutif va dépoussiérer ses plans élaborés l’année dernière pour faire face à un Brexit sans accord. Les ports, en particulier, les transporteurs, avaient commencé à se préparer, d’un point de vue financier et administratif. Ces préparatifs, il va falloir les ressortir, les actualiser voire accélérer la cadence.

Il y a deux scénarios sur la table : un échec des négociations commerciales, et un retour des droits de douane, ou un accord de libre-échange très limité.

Une nouvelle « loi omnibus » est également en projet. En 2019, le gouvernement avait déjà mis au point un tel texte, appelé ainsi parce qu’il couvre beaucoup de secteurs. Cette fois, la loi devra couvrir les besoins budgétaires de huit ministères. Elle sera présentée au Parlement à l’été, après la fin annoncée des négociations commerciales avec le Royaume-Uni.