©RNL / Gildas Nabeza
Emile Gros raymond Nakombo, Président de la délégation spéciale de la ville de Bangui à l’Assemblée Nationale, le 11 février 2014

lundi 19 août 2019 13:09

Le Maire de la ville de Bangui, Emile Gros Raymond Nakombo, mis en cause dans une affaire de scandale financier, s’est blanchi. Le premier citoyen dit avoir des pièces comptables pouvant contrecarrer le rapport du ministre de l’Administration du territoire, Augustin Yangana Yahoté, l’accusant de mauvaise gestion.

Pour répondre à cette mise en cause gouvernementale, Emile Gros Raymond Nakombo, affirme que le Conseil municipal a rejeté à tort le bilan comptable de l’exercice 2018. « Nous sommes là avec nos chiffres, l’Etat est là avec ses organes de contrôle et je ne peux pas me prononcer pour le moment », a indiqué le Maire de Bangui.

Sur la défensive, le premier citoyen de la ville de Bangui attaque la démarche consistant à diffuser ce scandale sur les ondes et les réseaux sociaux. « Il faut parler de ce qui se fait à la Mairie et c’est comme ça que les gens sauront la part de la vérité. Qu’on aille pas sur les ondes et les réseaux sociaux pour s’entredéchirer » a-t-il ajouté précisant qu’il accompagne « un Chef de l’Etat qui veut que tout soit fait au sérieux ».

Depuis la révélation du ministre de l’administration du territoire, Augustin Yangana Yahoté, plusieurs commissions d’enquête sont ouvertes et n’ont pas encore rendu leurs conclusions.

Sur sa page Facebook, le membre du gouvernement avait mentionné que « la gestion financière de la mairie de Bangui est préoccupante » ajoutant que sur « plus de 2 milliards 272 millions 882 milles 375 FCFA, perçus des contribuables et de l’Etat en recette, seulement, 13 millions ont été investis en faveur de la population, soit un taux de 0,6% » pour tout ce montant.

« La masse salariale et les assimilés de 2018 occupent plus de 141% des recettes propres de la commune », avait noté M. Yangana Yahoté qui remet le sort de l’actuel maire entre les mains des inspections générales d’Etat et des Finances.