Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lors d’une conférence de presse au château médiéval de Castelgrande à Bellinzona, en Suisse, le 2 juin 2019.
REUTERS/Arnd Wiegmann
Par RFI Publié le 13-06-2019 Modifié le 13-06-2019 à 22:52

Les États-Unis ont accusé sans détour l’Iran d’être « responsable » des attaques de ce jeudi contre deux pétroliers en mer d’Oman, un incident qui fait craindre un nouvel embrasement dans le Golfe.

« Le gouvernement des États-Unis considère que la République islamique d’Iran est responsable des attaques qui ont eu lieu aujourd’hui en mer d’Oman », a déclaré le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lors d’une allocution solennelle, accusant Téhéran de vouloir empêcher le passage du pétrole par le détroit d’Ormuz pour perturber le marché mondial.

Pour le chef de la diplomatie américaine, ces attaques attribuées à la République islamique « représentent une menace claire pour la paix et la sécurité internationales, une attaque flagrante contre la liberté de navigation et une escalade des tensions inacceptable de la part de l’Iran ».

Des attaques hautement suspectes pour Téhéran

Dans un tweet, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif a pour sa part qualifié de hautement suspects les incidents qui ont touché les deux pétroliers en mer d’Oman, au moment même où le Premier ministre japonais rencontrait le numéro un iranien, rappelle notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

Shinzo Abe était en effet en Iran pour une mission de médiation entre Washington et Téhéran, afin de faire baisser les tensions entre les deux pays. Il était porteur d’un message du président Trump à l’ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot en Iran sur les grandes affaires du pays.

Pour les responsables iraniens, ces deux incidents sont suspects car ils peuvent être utilisés par les adversaires du pays pour accuser encore l’Iran de chercher à déstabiliser la région. Le porte-parole du gouvernement a de son côté exprimé son inquiétude et appelé les pays de la région à coopérer pour assurer la sécurité des voies maritimes.

Tension croissante dans le Golfe

Ces incidents particulièrement graves interviennent dans un contexte de tension croissante entre les États-Unis et leurs alliés sunnites du Golfe persique, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, et l’Iran chiite. Il y a un mois, des actes de sabotage avaient touché quatre navire dans un port émirati. L’Arabie saoudite avait accusé l’Iran qui avait démenti.

Les États-Unis ont engagé une véritable guerre économique contre l’Iran, notamment pour empêcher les exportations pétrolières du pays. Ce double incident n’a pas empêché l’ayatollah Khamenei de rejeter tout dialogue avec les États-Unis.