La province de Sanmatenga au centre-nord du Burkina Faso. fr.wikipedia.org
Texte par : RFI
Publié le : 21/01/2020 – 23:32 Modifié le : 22/01/2020 – 14:36

Au Burkina Faso, 36 civils ont été tués lundi 20 janvier dans la province du Sanmatenga dans la région du centre-nord. Un groupe armé terroriste, selon le gouvernement, a fait irruption dans les villages de Nagraogo et d’Alamou et y a abattu respectivement 32 et 4 personnes. Un deuil national de quarante-huit heures a été décrété par le gouvernement à compter du mercredi 22 janvier.

Lundi, c’est le jour du marché de Nagraogo, village situé dans la commune rurale de Barsalagho dans la province du Sanmatenga. Alors que le marché est en effervescence, un groupe armé terroriste y fait irruption aoutur de 16h nous explique notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani. Ces hommes armés tirent sur les populations. 32 personnes sont tuées selon le gouvernement. Les assaillants brûlent le marché avant de quitter les lieux.

Dans leur repli ils abattent quatre autres personnes dans le village d’Alamou, toujours dans la même province, trois villageois sont également blessés selon le bilan officiel.

Les assaillants ont aussi incendié une trentaine de motos appartenant aux habitants des localités attaquées. Selon nos informations, les populations quittent ces villages pour se réfugier à Kaya, une centaine de kilomètres au nord-est de la capitale.

Saper le moral des populations

Selon des témoignages, une série d’attaques a visé la semaine dernière des populations dans la région du Sahel voisine à celle du centre-Nord, du bétail volé, des dépôts de carburant incendiés et des matériels emportés. Et selon une source sécuritaire, l’objectif des groupes armés serait toute évidence de saper le moral des populations, de rompre la confiance qu’elles ont en l’État qui doit garantir leur sécurité.

Tout en condamnant cette attaque, le gouvernement burkinabè a décrété un deuil national de quarante-huit heures sur toute l’étendue du territoire. Les réjouissances populaires, les manifestations à caractère récréatif sont interdites. Les drapeaux sont mis en berne sur tous les édifices publics et dans les représentations du Burkina Faso à l’étranger. Dans le même temps, une loi annoncé le 7 novembre 2019 sur le recrutement de volontaires pour la défense de la patrie a été votée.