Aussi, de peur que l’on ne reproche à nous tous de ne l’avoir pas prévenu, au point de le laisser tomber dans un piège que personne ne lui a tendu, c’est à l’entourage direct, celui qui a accès au Président TOUADERA que je voudrais surtout m’adresser.

Alors que l’immense majorité du peuple centrafricain n’en finit pas de s’imposer des privations, et de s’épuiser dans la débrouille pour ne pas crever de faim et se laisser définitivement emporter par les flots d’une galère oppressante et de toute la misère ambiante, le Président TOUADERA – ivre de pouvoir, d’argent et d’ambition -, politiquement conseillé et financièrement soutenu par Paul KAGAME l’autocrate rwandais ; encadré en permanence par sa cour familiale et protégé par sa garde rapprochée ; exalté à tue-tête par une bande d’indécrottables fossoyeurs de la République auxquels s’ajoutent la masse confuse des thuriféraires zélés du pouvoir ; le Président TOUADERA dis-je, s’obstine à vouloir malmener en urgence – coûte que coûte et vaille que vaille -, la Constitution du 30 mars 2016, laquelle pourtant lui aura permis de s’installer à la tête de ce pays qu’il dirige si mal depuis maintenant plus de six ans.

À la vérité, dès son accession à la magistrature suprême, Faustin Archange TOUADERA, s’était aussitôt mis en tête d’élaborer et d’expérimenter toutes les astuces pouvant lui permettre de verrouiller le jeu démocratique, dans le but d’écarter ses principaux adversaires politiques – à défaut de les absorber -, mais aussi de neutraliser toutes les organisations de la société civile, afin de rester seul maître à bord. Y serait-il parvenu ? À Chaque Centrafricain d’apporter sa réponse à la question.

Néanmoins, l’on s’accordera tous à reconnaître que sous le règne actuel, les Grands Maux ont définitivement pris la place des Grands Travaux. Autrement dit, tous les maux dont souffrait déjà la RCA, et qu’en leur temps l’on a reproché à ses prédécesseurs, ces mêmes maux qu’il s’est engagé à guérir, TOUADERA, sa famille, son entourage et les gens de son régime, n’ont au contraire fait que les exacerber : pauvreté endémique, impunité, tribalisme, népotisme, copinage, gabegie, corruption aggravée, manque d’infrastructures, inconscience professionnelle généralisée, promotion de la médiocrité, misère morale totale, baisse du niveau de l’éducation, règne de l’arbitraire, recrudescence du banditisme et des braquages…que sais-je encore !

Et c’est avec un tel bilan que le locataire actuel du palais de la Renaissance, tient-il vraiment à démontrer la pertinence de son projet casse-cou, en espérant parvenir à convaincre les Centrafricains de lui accorder L’ÉTERNITÉ AU POUVOIR à travers une modification ou un changement de constitution ?

Comment alors dans ce cas, s’empêcher de croire qu’il s’agit ici, ni plus ni moins, que d’une « PROVOCATION DE TROP » de la part du Président TOUADERA et de ses partisans à l’encontre du peuple centrafricain ?

Aussi, de peur que l’on ne reproche à nous tous de ne l’avoir pas prévenu, au point de le laisser tomber dans un piège que personne ne lui a tendu, c’est à l’entourage direct, celui qui a accès au Président TOUADERA que je voudrais surtout m’adresser.

De grâce, allez donc lui dire !
Allez faire comprendre au Président TOUADERA qu’il pourrait conquérir plus aisément le respect du monde en respectant tout simplement son peuple, et la constitution sur laquelle il a juré en promettant  de l’observer ; 

Allez donc lui dire !
Allez dire au Président TOUADERA « qu’il faut savoir s’effacer, pour ne pas plonger son peuple dans le chaos. Car mourir à tout prix pour le pouvoir n’est ni une preuve d’amour pour son pays ni le signe d’un quelconque attachement à la démocratie ;

Allez donc lui dire !
Allez dire à TOUADERA « Monsieur le Président, votre peuple mérite mieux que le spectacle que vous offrez ! Aucun homme politique, quels que soient ses états de service, n’a le droit de monopoliser ainsi le destin de son peuple, au point de vouloir le priver du droit d’essayer autre chose » ;

Allez donc lui dire !
Allez expliquer au Professeur TOUADERA que la vie est une école, pour tout homme et toute femme. Ecole exigeante et difficile, mais en fin de compte pleine de sagesse. Que Changer la Constitution pour rester au pouvoir, est certes une pratique courante en Afrique. Que si certains chefs d’Etat ont réussi à le faire à leur péril, d’autres ont cependant payé le prix cher, surtout à cause d’un entourage complaisant et des collaborateurs au zèle vindicatif ;

Allez donc lui dire !
Allez dire au Président TOUADERA que la RCA n’est pas le RWANDA.
TOUADERA ne s’appelle pas KAGAME.
Que l’histoire du Peuple centrafricain et celle du peuple rwandais sont différentes ;

Allez donc lui dire !
Allez rappeler à TOUADERA que ses prédécesseurs :
DACKO, KOLINGBA, PATASSE, BOZIZE, DJOTODJA ont tous connu l’exil ;
Que si Mme SAMBA-PANZA y a échappé, c’est parce qu’elle n’a pas cherché à s’accrocher. Le pouvoir se quitte avec panache Monsieur le Président !

Allez donc lui dire !
Allez dire à TOUADERA qu’avant même la CONSTITUTION du 30 mars 2016
L’Univers avait pris soin de limiter d’une manière ou d’une autre à plus ou moins 10 ans les mandats de PATASSE et de BOZIZE. Sachons lire le signe indien ;
.
Allez donc lui dire !
Allez dire au Président TOUADERA que ce n’est guère la faute à la CONSTITUION.
Au lieu de changer la loi fondamentale, il faut plutôt penser à changer les Hommes, principalement ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent plus changer. 
Il ne suffit pas de changer de Constitution, pour que le pays retourne à la normalité. Et s’il en est qui croient qu’il faille à tout prix changer de constitution pour qu’eux-mêmes ne changent pas, le peuple quant à lui, s’occupera de les changer pour ne pas avoir à assister impuissant au changement de constitution.
Quant à moi, j’irai à la manifestation du 13 Août 2022 et je joindrai ma voix à celles de tous mes compatriotes et à l’unisson  nous dirons:

    – KAGAME: NON à ton ingérence politique en RCA!

 – Après la RDC la RCA? NON KAGAME!

 – Non KAGAME, Non TOUADERA: les terres de Centrafrique ne sont pas à brader!

 – Non KAGAME, Non TOUADERA, le sous-sol de Centrafrique n’est pas à brader!

 – TOUADERA: Non, la nationalité Centrafricaine n’est pas à brader!

 – KAGAME reste chez toi!

 – Pour le retrait des troupes rwandaises de la RCA!

 – Non aux nominations de Rwandais à la tête des institutions internationales en RCA!

 – Non au référendum constitutionnel en Centrafrique!

Que Dieu Bénisse la RCA !
Que Dieu Bénisse le peuple de Centrafrique !

GJK-Guy José KOSSA