NOTRE HISTOIRE

Contactez-nous

OBSERVER ET RELATER: UNE PASSION

C'est moi! Me voici! Mbi la gué

Très cérébrale de nature, je réfléchis sans cesse, pense sans cesse, mon cerveau est toujours en ébullition ! Le monde qui nous entoure, mon environnement direct, ce que je vois, je désire une seule chose, le rendre plus beau, meilleur, afin que chacun d’entre nous puisse dire « ça vaut la peine de vivre, la vie est belle malgré tout ». Chaque « chose » possède deux faces, mais la plus belle doit être celle qui prime !

 Sur ce site est rassemblé ce que j’affectionne, ce que je suis, d’où le nom « Mbi la gué » qui veut dire dans ma langue maternelle qui est le « Sango », langue parlée en République Centrafricaine, « C’est moi, me voici »

 Mbi la gué veut montrer le chemin, tracer un chemin, celui de la liberté d’expression, dans le respect d’autrui. Mbi la gué veut révéler notre être recroquevillé, nous faire passer de l’ombre à la lumière. Nous avons tous un talent, nous avons tous un savoir, à nous de le faire savoir !

Nous sommes passionnés et allons toujours jusqu’au bout de nos objectifs, allons toujours jusqu’au bout de notre logique. Nous devons être des influenceurs !

 Mbi la gué est le fruit, la somme de ce que je représente, de ce que je suis, la somme de ce que vous représentez, de ce que vous êtes !

C’est moi, tout simplement, me voici ! Mbi la gué, c’est vous, vous voici…

Reconnaissez-vous sur ces pages ! Elles sont vous ! Mbi la gué, c’est vous, c’est moi, c’est nous, nous voici !

 

REGARDER VRAI ET PARLER VRAI

SANS TABOU, SANS LANGUE DE BOIS :                 UN AUTRE REGARD

Je souhaite que nous puissions tous ensemble, au travers de ce site web, lancer un autre regard sur l’actualité, le monde et l’humanité. Il est temps que nous puissions tous être « cash », des personnes qui parlent le langage de vérité, en tout bien tout honneur, avec classe, élégance, éloquence et courtoisie !

Nous sommes fatigués et las de voir notre sensibilité et notre éducation mises à rude épreuve, notre être heurté par ce qui est écrit et raconté ! Les réseaux sociaux sont une belle invention, mais ils doivent être bien utilisés. Ils doivent représenter une plus value et non le contraire ! Rendons les humains ! Réinventons un nouveau style ! Je n’aime pas le « bruit » et il y en a trop autour de nous. Je désire écouter le son, la mélodie, ce qui est beau et vrai, ce qui nourrit mon âme.

Ici, sur ces pages, nous allons porter un autre regard sur TOUT ! Nous allons ramener dans chaque foyer un peu de douceur et rendre les lettres de noblesses à la vérité, la justice et au droit. Nous apportons la différence pour être la référence !
Mbi la gué veut regarder vrai, parler vrai, sans tabou, sans langue de bois pour un autre regard !

Enfin, c’est fait ! Ce projet qui date depuis 2012 voit sa concrétisation en avril 2019.
Un grand grand merci à toi Vianey Koyabé. Tu as été là, tu l’as fait ! Merci mon frère bien-aimé.

Bangui 08 mars 2017, Journée Internationale de la Femme. Avec toutes les femmes de la Radio e de la Télévision Centrafricaine
Interview de Mme Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Bangui le 15 avril 2017, Télévision Centrafricaine

QUI SUIS-JE ET COMMENT ME DEFINIR?

 s Lydie Koumat-Gueret, née (1967) NZENGOU. D’ailleurs je suis plus connue sous mon nom de jeune fille, le nom de mon père comme j’aime le dire. Cet homme représente tant pour moi. Eugène NZENGOU, Yakoma de père et Souma de mère, paix à son âme, à jamais dans mon cœur.

Un homme humble, simple, Fonctionnaire International (Union Internationale de Télécommunication), premier Ingénieur en télécommunication d’Afrique Centrale. Il est décédé avec la fonction de Ministre Conseiller à la Présidence du Président Feu Ange Félix Patassé, son parent. Il a été plutôt Chargé de Mission au Ministère des Postes et Télécommunication sous le régime de son autre parent, le Général André Koligba. Un paradoxe, cette parenté aux deux Présidents de la République Centrafricaine. L’un du Sud et l’autre du Nord. Et je me retrouve dans tout cela, avec un impact certain dans ma vie en Centrafrique !

Ma mère s’appelle Joséphine Angèle Botalo, une femme Sango, Secrétaire de Direction, femme d’influence et de caractère, fille d’Alphonse Botalo, commis de l’Etat, ancien Ambassadeur, enseignant. Très intelligente avec un français sans faute, comme j’aime lui le dire.  J’ai beaucoup pris des deux, ce qui est normal. Mais je reste moi.

Je suis donc mariée à Francis Emerie Koumat-Guéret, Technicien Supérieur en Génie climatique, le seul homme sur la Terre qui ait pu me dompter ! Rire ! Il est une tornade, une tempête, exceptionnel, unique, un feu, le volcan. L’amour, la force, la joie, le travail, la loyauté…le caractérisent. C’est un guerrier, un  combattant qui ne recule devant rien. De notre union nous avons eu deux enfants : Divine (2007), ma princesse et Emmanuel (2008) mon bébé.

Mon fils aîné, mon premier-né, mon premier mari, mon premier amour comme je sais le lui dire, s’appelle Mickaël Aboubakar, né (1985) d’une première union. Nous avons vécu de longues années rien que tous les deux. Nous sommes profondément attachés l’un à l’autre.     

Francis avait lui aussi deux garçons avant notre union, Dieumerci (1996) et Sylvio (2002). Ce sont mes fils. Dieumerci habite dans mon cœur depuis 2005, date à laquelle j’ai rencontré son papa. Sylvio vit essentiellement chez sa maman, nous avons des relations très respectueuses. Il est notre Rugbyman !

Je me considère également comme étant la maman de mon neveu Térence (1995) qui vit avec moi depuis qu’il a 12 ans et de Fortran (1989) que j’ai rencontré et adopté dans mon cœur au Burundi en 2009. Térence est le fils de ma grande sœur Ghyslaine NZENGOU. Fortran c’est une histoire entre lui, Dieu et moi.  Nous sommes une famille recomposée.

Je suis grand-mère de nombreux petits-enfants que j’aime énormément. Ma lignée est assurée ! 

Je suis définie par 7 points :  

Communication : Je suis Experte, Spécialiste en Communication et possède un Master 2 Professionnel en Communication des Entreprises et des Institutions obtenu en 2012 par la Validation des Acquis de l’Expérience à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris III.                                                              J’ai aussi un diplôme de Monteur-Cadreur et en Journalisme Animation obtenu à l’ISCOM de Lyon, l’Institut Supérieur de Communication. Je fais un clin d’œil au passage à mon Professeur de Sciences Politiques M. Gilles Thevenon et à M. Patrice Amougou Bala, mon Directeur de mémoire à la Sorbonne pour qui j’ai un grand respect et une grande admiration. 

J’ai exclusivement exercé dans la communication depuis 1996 jusqu’à ce jour en tant que Directrice Générale de l’Agence Centrafricaine de Communication ACC Un Autre Regard à Bangui et en France, Conseillère en Communication auprès du Président de l’Assemblée Nationale, Directrice Générale de la Télévision Centrafricaine, Journaliste, Chef de Rubrique RCA au Journal Opinion International, Spécialiste en Communication au Centre Régional du Programme des Nations Unies (PNUD) à Dakar, Chargée de Communication à la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) au Burundi, Consultante en Communication à l’UNICEF à Bangui, au PNUD à Bangui, à l’Organisation International de la Francophonie à Paris, Journaliste à la Mission des Nations Unies en République Centrafricaine (MINURCA)

La communication c’est mon « dada », je la maîtrise, je la respire, je la vie ! Mbi la gué !  

Politique : La politique qui désigne au sens large comme étant ce qui est relatif à l’organisation et à l’exercice du pouvoir dans une société organisée est attachée à moi.                                      Comme on le dit, lorsque l’on est attachée à sa patrie, à sa nation, à son pays et que l’on s’implique pour sa bonne marche et son organisation, l’on devient homme ou femme politique.  

Cette passion m’a animée depuis ma première expérience en 2005, en tant que Responsable de Communication du candidat à l’élection présidentielle Pasteur Josué Binoua.

Au plus fort de la crise, je me suis engagée dans l’activisme en 2013 pour la paix en République Centrafricaine. J’ai mis en place le Mouvement Centrafricain pour la Rupture (MCR) fin 2013 avec des compatriotes.

En 2015 j’ai été la Responsable de Communication du Candidat à l’élection présidentielle M. Karim MECKASSOUA qui devenu Président de l’Assemblée Nationale en 2016 m’a nommée Conseillère en Communication dans son Cabinet. 

Depuis lors je suis engagée pour apporter ma contribution pour la paix et le développement intégral de la RCA.

La politique, bien qu’elle soit « violente » en RCA, est attachée à moi quoi qu’il en soit. Je la respire, je la vie ! Mbi la gué !  

Monde : Le monde qui m’entoure a un grand impact sur ma vie. Je l’observe sans cesse et il m’enseigne constamment. Je sais que tout est puzzle, tout a un sens, tout veut dire quelque chose.                                                                                            Chacun y a un rôle à jouer car ce n’est pas un hasard s’il s’y trouve. Chacun est une pièce maîtresse et doit impacter son environnement. Ceux qui ne le savent pas naissent et meurent sans avoir accompli leur mission car ils n’ont pas pu être révélé ou se révéler.

Le monde me fascine, je veux découvrir et connaître chaque continent, pays, peuple et culture. Nous sommes tellement nombreux, tellement différents et pourtant nous nous ressemblons tous et lorsque l’on y regarde de plus près, l’on se rend compte que nous avons tous la même origine, la même racine. Et l’histoire ne cesse de nous le démontrer.   

La nuit, j’aime regarder le ciel et me poser toutes les questions existentielles sur ce monde qui nous entoure. Il me fascine vraiment. Il m’attire, il me parle et je sais que j’y ai ma place et quelque chose de précis à réaliser.                                                   

Je souhaite visiter le maximum de pays. Avant de mourir je voudrai avoir voyagé dans plus de la moitié des pays du globe terrestre. Pour l’heure en Europe, je connais la France, la Suisse, l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique, la Hollande, le Luxembourg, le Portugal, la Hongrie, l’Irlande et l’Angleterre. Pour ce qui est de l’Amérique, je suis allée à maintes reprises aux Etats-Unis. En Asie, un séjour de trois semaines m’a fait découvrir la capitale de la Chine.

En Afrique, j’ai déjà été au Rwanda où j’y ai vécu, au Cameroun, Congo Brazzaville, Burkina Faso, en République Démocratique du Congo, au Tchad, Soudan, en Libye, au Maroc, au Mali, Sénégal, Bénin, Côte d’Ivoire, Burundi, au Kenya, en Ouganda, Ethiopie. 

Je le connais un peu plus chaque jour ce monde et je l’aime chaque jour davantage. Je sais qu’il a beaucoup à nous offrir. A nous de prendre soin de lui.                                                               

Afrique : Humm ! Afrique mon Afrique ! Afrique berceau de l’humanité, là où tout a commencé, et pourtant  là où se jouent toutes les tragédies du monde mais là où l’espoir est encore permis. Je l’aime mon Afrique.                                                        Oui, il nous est encore permis de croire que le panafricanisme poussera l’Afrique à être forte et unie et qu’enfin, ses fils et ses filles pourront vivre décemment. Ce paradoxe est trop frappant : un continent si riche mais si pauvre en même temps.  Je ne suis pas utopique, naïve ou rêveuse, je suis pragmatique. Les leaders africains comprendront un jour que c’est à eux d’insuffler une nouvelle dynamique pour les générations futures par un changement de paradigme.                                      L’Afrique ne sera véritablement bâtie et développée que par les Africains eux-mêmes.

Beauté : En toute vie humaine se trouve une part de beauté. Lorsque l’on arrive à la voir, alors nous sommes véritablement humains. La beauté est ce qui nous révèle la possibilité. C’est alors que nous deviendrons forts et que nous avancerons.

Amour : Ce message de la Bible de 1 Corinthiens 13 :1-13 est mon aiguillon. Je veux le méditer, je veux le pratiquer. Il est là au plus profond de mon cœur. Il est en moi. Il doit complètement prendre vie.

1 Si je parle les langues des hommes, et même celles des anges, mais que je n’ai pas l’amour, je suis un cuivre qui résonne ou une cymbale qui retentit.                                                                     2 Si j’ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j’ai même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, mais que je n’ai pas l’amour, je ne suis rien.                                                                        3 Et si je distribue tous mes biens aux pauvres, si même je livre mon corps aux flammes, mais que je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien.                                                                                        4 L’amour est patient, il est plein de bonté; l’amour n’est pas envieux; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, 5 il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal,                                             6 il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité; 7 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.    8 L’amour ne meurt jamais. Les prophéties disparaîtront, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra.                              9 En effet, nous connaissons partiellement et nous prophétisons partiellement,                                                                                       10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 11 Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu un homme, j’ai mis fin à ce qui était de l’enfant.                                                                                   12 Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, de manière peu claire, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai complètement, tout comme j’ai été connu.                                                                  13 Maintenant donc ces trois choses restent: la foi, l’espérance, l’amour; mais la plus grande des trois, c’est l’amour.

Dieu : Je suis croyante, pratiquante. Je suis une Servante de Dieu. C’est ce Dieu-là, Vivant, qui me pousse, me pousse toujours et me conduit. Sans Lui je ne suis rien, je ne peux rien. Mais avec Lui je puis tout.

Je me dois de témoigner de Son Amour et d’annoncer la mort et la résurrection de Jésus-Christ pour notre Salut.

 

CONTACTEZ-NOUS